Education dans l'Antiquité


Éducation dans l'Antiquité

L'éducation est née en Grèce du besoin de préparer les futurs cadres qui devaient diriger la cité dans un système oligarchique. Elle allait dans l'empire romain se démocratiser à tel point que l'abondance des graffitis de Pompéi laisse à penser que toutes les couches de la société savaient lire .

Historiographie

Selon Maurice Tardif, les Grecs furent ainsi les premiers à affronter le problème de l'éducation : comment préparer la jeunesse à l'avenir sans s'appuyer sur la seule tradition ? Les conquêtes d'Alexandre le Grand, puis la réduction en province romaine de la Grèce, permirent de répandre l'esprit grec, son rationalisme et son humanisme, mais aussi son goût pour l'art de la persuasion. Henri-Irénée Marrou note cependant que la pensée antique s'était peu préoccupée de l'enfant, entièrement vouée qu'elle était à l'éducation de l'homme fait. Ainsi, les manuels scolaires changèrent extrêmement peu entre le IIIe siècle av. J.-C. et le IVe siècle.

On dispose de plusieurs ouvrages pouvant servir à l'éducation, par exemple celui de Lucius Ampelius et le Columelle en agriculture.

Grèce antique

En Grèce, l'éducation des jeunes enfants relevait de femmes et de pédagogues, généralement des esclaves. À partir de la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C., les jeunes gens des bonnes familles, avides de pouvoir, bénéficièrent des leçons que vendaient fort cher les Sophistes. Leur enseignement reposait sur une conception aristocratique de l'excellence individuelle. Volontiers relativistes, ils remettaient en cause le caractère absolu des lois et de la religion de la Cité. Les Grecs, en créant des centres de formation à Alexandrie ou à l'Aesculapius de Cos ont su créer des écoles de philosophie, médecine et autres sciences qui vont rayonner dans tout le bassin méditerranéen.

Rome antique

La culture hellénistique a, avec l'implantation des colonies de la Grande Grèce une influence certaine sur l'Italie antique. Cette influence s'est fortement augmentée après la conquête de l'Italie par les Romains. Cette conquête se traduira presque immédiatement par une imprégnation grecque de la culture romaine et par la formation des élites auprès de pédagogues, souvent esclaves, d'origine grecque. Après la conquête de la Grèce, ce phénomène va aller en augmentant, avec l'afflux de grands pédagogues qui étaient souvent d'origine noble.

Les enfants de familles romaines riches ont deux moyens d’être instruits, moyens choisis par leur père. Ils peuvent être élevés à la maison, par un précepteur (praeceptor). Mais en principe ils iront à l’école (ludus) et seront instruits par le maître (magister). Le pédagogue (paedagogus) est un esclave chargé d’accompagner l’enfant à l’école, qui se situe sous un des portiques du forum.

Les écoles romaines sont mixtes, mais cependant les filles ne poussent pas leurs études aussi loin que les garçons, elles arrêtent souvent leurs études après le ludi magister, pour apprendre les tâches ménagères avec leur mère. De 7 à 11 ans, l’élève est instruit par le magister ludi, qui lui apprend les lettres, les syllabes, les mots et les bases du calcul. Dès 11 ans, et jusqu’à 15 ans, l’élève se rend chez le grammaticus. Il apprendra à expliquer un texte, à découper des mots, des phrases, des vers. Il fera des rédactions, et l’apprentissage du calcul sera poussé. Les professeurs sont assez mal payés par les pères des élèves. Ils sont assez autoritaires avec les élèves. Ceux-ci sont battus au moyen d’une baguette de bois, la férule, ou même avec des lanières de cuir. L’enseignement est basé sur le par cœur et l’imitation et le rythme est relativement lent.

Peu d’élèves poursuivent leurs études au-delà du second degré, beaucoup s’arrêtent même à la fin de l’école primaire. Seuls les privilégiés se rendent chez le rhéteur, où ils y apprendront l’art de la rhétorique. Les plus riches poussent leurs études dans les prestigieuses écoles grecques, où certains reçoivent avec une certaine immigration du fait de leur rang ou leur richesse, les félicitations des maîtres. Jamais les écoles romaines retiendront alliance des écoles grecques. Beaucoup de grecs durant cette période, notamment en médecine, deviendront très célèbres pour leurs connaissances et leurs savoir-faire.

Christianisme

Le Christianisme, devenu religion officielle de l'Empire romain en 392, n'abolit pas l'école païenne. Religion savante, il avait besoin des écoles grecques et romaines pour la formation de base, explique Henri-Irénée Marrou. L'effondrement de l'empire d'occident obligea l'Église à prendre en main cette formation, réservée d'abord aux futurs clercs. Ainsi apparut une école nouvelle, qui associait l'instruction littéraire et l'éducation religieuse. Selon le sociologue Durkheim, ce fut là la véritable naissance de l'école, c'est-à-dire d'un milieu moral organisé, voué autant à façonner les idées et les sentiments de l'élève qu'à la transmission des connaissances. merci les romains



Encyclopédie WikipédiaCette définition provient de l'encyclopédie libre Wikipédia publiée sous licence GNU FDL. Elle est reprise sur eturama.com à but informatif. Vous pouvez soumettre une modification ou un complément à cette définition sur la page correspondante de Wikipédia. La liste complète des auteurs de cet article est disponible sur cette page. Eturama.com partage les objectifs globaux de Wikipédia.
Publicité

Qui sommes-nous - FAQ - CGU - Plan - Contact - Partenaires - Goodies - JPO

Copyright 2007-2016 - Eturama.com - Le portail international des étudiants