Les petits gestes comptent


Lorsque j'étais jeune homme, j'ai fait la rencontre d'une femme étonnante : elle était d'une grande beauté et semblait dotée d'une gentillesse à toute épreuve. Nous nous sommes fréquentés quelque temps et avons rapidement décidés de vivre ensemble.

Tout se passait pour le mieux dans le meilleur des mondes : je me levais le matin pour lui préparer un petit déjeuner, elle me massait le soir avec douceur et nous échangions nos avis sur tout ce qui nous était arrivé dans la journée. Lorsqu'il nous arrivait d'être séparés, nous nous téléphonions beaucoup. On ne se disait rien d'extraordinaire, seulement que nous nous aimions et que nous avions confiance l'un dans l'autre. Nous n'avions jamais un mot de colère et il semblait que notre amour dût durer éternellement. Pour la première fois de ma vie, j'accédais au bonheur : un état vécu et conscient.

Rassuré et pleinement satisfait de ma situation, j'ai commencé à me lever plus tard et j'ai rechigné à préparer le petit déjeuner. Le soir, ma compagne avouait être trop fatiguée pour me masser. Lorsque nous rentrions du travail, nous allumions la télé ou nous nous plongions chacun dans un livre, mais aucune parole n'était prononcée.

Bien sûr, je m'apercevais de ce qui se passait, mais je ne doutais pas un instant de la solidité du lien qui nous reliait. Nous nous étions jurés fidélité et je n'avais pas oublié les mots doux que nous échangions au début de notre relation. Je me disais : « Après tout, je n'ai rien à lui prouver, elle sait que je l'aime. Nous deux c'est fait pour durer. »

Un an après le jour de notre rencontre, nous passions davantage de temps avec nos amis respectifs qu'ensemble. Un an et demi après le jour de notre rencontre, nous n'allions plus voir les mêmes films au cinéma. 2 ans après le jour de notre rencontre, nous ne faisions l'amour qu'une fois par mois. 2 ans et 5 jours après notre première rencontre, alors que je rentrais du travail, j'ai trouvé un mot sur la table de la cuisine: « Nous avons trop parlé et si peu fait. »

Elle était partie, je ne l'ai jamais revue. Ce fut mon premier véritable chagrin d'amour et ma première leçon valable dans ce domaine. Ne vous contentez pas de paroles amoureuses, même si elles sont douces à l'oreille. L'amour ne vit que de preuves et d'actes. Ne laissez pas le temps vous rattraper et sachez que rien n'est jamais acquis, surtout lorsqu'on vise une relation durable.

Auteur anonyme
Publicité

Qui sommes-nous - FAQ - CGU - Plan - Contact - Partenaires - Goodies - JPO

Copyright 2007-2016 - Eturama.com - Le portail international des étudiants