Infirmier – Métiers de la santé – Guide des métiers

Métiers de la santé - Infirmier Une infirmière.     Un infirmier ou une infirmière, du latin in-firmus (« qui n'est


Eturama.com


Devenez Fan de notre page Facebook et encouragez notre portail étudiant 100% gratuit pour tous !

Infirmier


Infirmier

Une infirmière.

Une infirmière.

 
 

Un infirmier ou une infirmière, du latin in-firmus (« qui n’est pas ferme, au moral comme au physique » ou « qui s’occupe des infirmes » étymologiquement parlant) est une personne dont le métier est de délivrer des soins infirmiers.

 

Selon le Code de la santé publique français

« Est considérée comme exerçant la profession d’infirmière ou d’infirmier toute personne qui donne habituellement des Soins infirmiers sur prescription ou conseil médical, ou en application du rôle propre qui lui est dévolu. L’infirmière ou l’infirmier participe à différentes actions, notamment en matière de prévention, d’éducation de la santé et de formation ou d’encadrement. »

 

Selon l’Organisation mondiale de la santé

« La mission des soins infirmiers dans la société est d’aider les individus, les familles et les groupes à déterminer et réaliser leur plein potentiel physique, mental et social et à y parvenir dans le contexte de l’environnement dans lequel ils vivent et travaillent, tout cela en respectant un code de déontologie très stricte. Ceci exige que les infirmières apprennent et assurent des fonctions ayant trait au maintien et à la promotion de la santé aussi bien qu’à la prévention de la maladie. Les soins infirmiers englobent également la planification et la mise en œuvre des soins curatifs et de réadaptation, et concernent les aspects physiques, mentaux et sociaux de la vie en ce qu’ils affectent la santé, la maladie, le handicap et la mort. Les infirmières permettent la participation active de l’individu, de sa famille et de ses amis, du groupe social et de la communauté, de façon appropriée dans tous les aspects des soins de santé, et encouragent ainsi l’indépendance et l’autodétermination. Les infirmières travaillent aussi comme partenaire des membres des autres professions impliquées dans la prestation des services de santé. »

 

Selon le Conseil international des infirmières

« On entend par soins infirmiers les soins prodigués, de manière autonome ou en collaboration, aux individus de tous âges, aux familles, aux groupes et aux communautés – malades ou bien-portants – quel que soit le cadre. Les soins infirmiers englobent la promotion de la santé, la prévention de la maladie, ainsi que les soins dispensés aux personnes malades, handicapées et mourantes. Parmi les rôles essentiels relevant du personnel infirmier citons encore la défense, la promotion d’un environnement sain, la recherche, la participation à l’élaboration de la politique de santé et à la gestion des systèmes de santé et des patients, ainsi que l’éducation. »

 

Origines et histoire de la profession

Gravure de 1504 - Der Tod der Crescentia Pirckheimer

Gravure de 1504 – Der Tod der Crescentia Pirckheimer

 

Au Moyen Age, pour s’occuper des lépreux, on mettait d’office à contribution des prostituées et divers « pseudo-soignants ».

Ce sont les ordres religieux qui organisèrent la profession selon des critères en lien avec la charité et l’amour de Dieu. Le soin est alors bénévole, et n’a qu’une valeur culturelle et celle qui le pratique est prise en charge par la structure religieuse. Les religieuses resteront longtemps dans les hôpitaux. Il faudra attendre la laïcisation et la Première Guerre mondiale pour que s’affirme la profession d’infirmière.

Les écoles d’infirmières ne se sont crées qu’à la fin du XIXe (1836 en Allemagne, 1859 en Suisse, 1860 à Londres, 1878 à Paris), pour ne déboucher en France qu’en 1922 sur un « Brevet de capacité d’infirmière professionnelle », transformé en 1938 en « diplôme d’infirmière hospitalière » et seulement en 1951 en Diplôme d’Etat infirmier.

à lire :   Chef de produit - Métiers de l'entreprise - Guide des métiers

Il faut ensuite attendre la loi du 31 mai 1978 pour voir apparaître une définition de l’infirmière avec un rôle propre, qui sera défini dans le décret du 12 mai 1981.

Nouvelle pause dans le processus de professionnalisation jusqu’à la publication des règles professionnelles le 16 février 1993. Puis encore une traversée du désert jusqu’à la loi du 21 décembre 2006 portant création d’un ordre national des infirmiers (ses décrets d’application sont parus au JO du 14.04.07, mais il manque encore les arrêtés pour la constitution de l’ordre infirmier).

Jusqu’au début des années 1960, le recrutement s’effectue par des catégories très diverses qui sont antagonistes : infirmières de la Croix-Rouge, religieuses, infirmières sortant de l’école. Après mai 1968, la profession se libérera des concepts d’obéissance, de soumission et de charité.

Depuis la fin, en 1992, de la formation spécifique d’infirmier en psychiatrie, il n’existe en France qu’un seul diplôme d’infirmier le Diplôme d’État d’infirmier.

 

 

Situation de la profession infirmière

 

En France

En France, l’ensemble des soins infirmiers est régi par le Code de la santé publique (décret du 29 juillet 2004) ; auparavant, les compétences de l’infirmier étaient définies dans un décret dit « décret de compétence » (décret n° 93-345 du 15 mars 1993, puis décret n°2002-194 du 11 février 2002).

On assiste comme dans d’autres endroits en Europe à une pénurie d’infirmières. Paradoxalement, les étudiants en soins infirmiers (ESI) sont pour 20% d’entre eux dans une telle situation précaire qu’ils sont contraints d’arrêter leur formation. Cette situation est en partie due au fait que les ESI dépendent du ministère de la Santé, et non du ministère de l’Éducation nationale.

Une fois diplômé, le professionnel bénéficie de conditions relativement favorables en terme d’emploi. Dans les cinq premières années d’exercice, le taux de chômage est l’un des plus faibles de toutes les formations de même niveau : 0,7%. 49% des infirmières nouvellement diplômées exercent au sein du service public. En début de carrière, à l’hôpital, le revenu mensuel moyen est de 1450 euros. L’évolution de carrière est faible : avec 20 ans d’ancienneté une infirmière hospitalière culmine à 2100 euros de salaire net.[2]

Lors du mouvement infirmier de 1988, les revendications portaient sur la reconnaissance de l’identité professionnelle et l’équivalence universitaire à « bac + 3 ».

En France, la profession d’infirmier s’articule autour de deux pôles : le rôle propre et le rôle médico-délégué.

 

Le rôle propre

L’article R.4311-3 du code de santé publique dispose que : « relève du rôle propre de l’infirmier ou de l’infirmière les soins liés aux fonction d’entretien et de continuité de la vie et visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution d’autonomie d’une personne ou d’un groupe de personnes. Dans ce cadre, l’infirmier a compétence pour prendre les initiatives et accomplir les soins qu’il juge nécessaires ».

L’infirmière a une fonction d’observation, de dialogue avec le patient, pour identifier les problèmes et poser des diagnostics infirmiers, afin de pouvoir mettre en œuvre les moyens nécessaires pour une prise en charge adaptée. Il en va ainsi de la surveillance des complications spécifique à une pathologie ou un traitement mais aussi, de manière plus générale, le dépistage de situation de maltraitance ou de violence. Elle assure en collaboration avec l’aide-soignant les soins d’hygiène, les soins fondamentaux, de confort et de sécurité du patient, elle s’assure en outre de la bonne compréhension par le patient des explications données par le médecin mais aussi, dans le respect du secret professionnel, de l’information de sa famille ou de son entourage. Elle accompagne le patient tout au long de son hospitalisation ou de ses soins pour lui permettre de maintenir le plus haut niveau d’autonomie possible, mais aussi d’intimité, et de dignité.

 

Le rôle médico-délégué

La prescription médicale est le seul lien hiérarchique existant entre le médecin et l’infirmière. Elle est chargée de la mise en application des prescriptions médicales, et de la surveillance des effets secondaires ou complications qui pourraient en découler. Elle n’est cependant pas qu’un simple exécutant, elle doit en permanence faire le lien entre ses connaissances et les ordonnances faites par les médecins. En effet, il lui serait reproché d’avoir appliqué une prescription absurde. Elle doit donc savoir interpeller le praticien lorsqu’elle identifie une erreur ou en tout cas une prescription atypique, afin d’en obtenir confirmation.

à lire :   Gardian - Métiers de l'agriculture, de la nature et de la pêche - Guide des métiers

Cela constitue une des difficultés majeures de la profession. Malgré le fossé séparant les connaissances des médecins de celles de l’infirmière, celle-ci doit être en mesure de comprendre toutes les prescriptions, afin de savoir identifier non seulement les erreurs mais aussi la spécificité de chacune d’entre elles, pour en déterminer les risques et donc les surveillances ad hoc. Pour cela l’infirmière peut faire appel aux connaissances acquises lors de sa formation initiale, mais aussi par le biais d’une formation professionnelle continue.

 

Réflexion sur l’éthique

Les infirmiers, pour ce qui est d’une pratique rigoureuse de la profession, doivent se conformer à des règles de conduite admises et pratiquées.

L’éthique de la profession touche, pour partie, au secret professionnel. L’obligation du secret qui lui est imposée est consacrée par l’article 378 du code pénal. Les dispositions de cet article sont rendues applicables aux infirmières par l’article 481 du code de la santé publique.

Cette notion peut prendre toute sont ampleur dans les situations où l’infirmier est confrontée à des cas de violence ou de maltraitance.

De manière plus générale, les infirmières partagent une éthique, ainsi qu’une conception commune de l’être humain, des soins, de la maladie… c’est une profession tout particulièrement axée sur la communication.

 

Ordre infirmier, organisations

 

En France

  • Le 13 juin 2006, l’assemblée nationale a adopté la proposition de loi créant un ordre infirmier. Cette proposition de loi soulève de nombreuses réserves chez les confédérations syndicales, mais répond à la demande d’un collectif de 43 syndicats et associations infirmières.
  • Le 14 décembre 2006 la création d’un ordre infirmier est adoptée en dernière lecture par l’Assemblée Nationale; J.O n° 299 du 27 décembre 2006 page 19689.

 

Au niveau international

Voir aussi :

  • Le Conseil international des infirmières
  • L’ANADI aux États-Unis
  • Le département soins infirmiers de l’OMS

 

[En France

L’accès à cette profession est réglementé. La réussite du concours d’entrée en institut de formation en soins infirmiers subordonne l’accession à un Institut de formation en soins infirmiers (IFSI) dans lequel une formation en alternance débouche sur la présentation du diplôme d’État d’infirmier. Celle-ci est d’une durée de 38 mois.

Les infirmiers diplômés d’État peuvent se spécialiser :

  • infirmier anesthésiste diplômé d’État ;
  • infirmier de bloc opératoire diplômé d’État ;
  • Infirmier en puériculture diplômé d’État ;
  • Cadre de santé ;
  • Infirmier hygiéniste ;
  • Infirmier stomathérapeute ;
  • Infirmier spécialiste clinique ;

Une spécialisation demande environ 2 ans d’études après l’obtention du diplôme en Soins Infirmiers. Pour certaines, il est nécessaire de travailler au moins 2 ans avant de pouvoir se spécialiser.

Les infirmiers diplômés peuvent intégrer un Service de secours et de soins médicaux des sapeurs-pompiers (SSSM ou 3SM) et devenir infirmier sapeur-pompier (ISP). Ils peuvent aussi rejoindre le service de santé des armées.

 

En Belgique

On distingue l’infirmier(ère) breveté(e) et l’infirmier(èr)e bachelier(ère) (anciennement gradué(e)). La formation est plus theorique pour les bacheliers(ères) . Dans les deux cas, les infirmiers(ères) peuvent se spécialiser mais ces sépcialisations sont plus restreintes pour les brevetés(e) Les spécialisations infirmières sont variées: Pédiatrie, SIAMU (Soins Intensifs et Aide Médicale Urgentes), Bloc opératoire, Psychiatrie, Santé communautaire, Oncologie , depuis peu Anesthésiste et aussi sage-femme. La formation Infirmière en Belgique se rapproche très fortement de celle du Canada qui est très en avance sur les autres pays à ce niveau.

 

Secteurs d’activités principaux

La majorité des infirmiers travaillent dans le secteur hospitalier, que ce soit dans le secteur privé ou public. Il existe par ailleurs de nombreuses possibilités de carrières pour exercer le métier d’infirmier.

 

Le secteur hospitalier

Infirmières dans un corridor d'hopital

Infirmières dans un corridor d’hopital

L’infirmier peut exercer dans la plupart des services tels que ceux de médecine (cardiologie, gériatrie, pneumologie, neurologie, gastro-entérologie, etc.), de chirurgie (orthopédique, digestive, ORL, neurochirurgie, etc.), de réanimation (médicale ou chirurgicale), d’urgences, de pédiatrie (dans certains hôpitaux seulement) de psychiatrie ou encore en hémodialyse (formation de 8 semaines sur le terrain) et en dialyse péritonéale. Les services de blocs opératoires, certains services de pédiatrie et les équipes de SAMU n’acceptent que des infirmiers spécialisés, c’est-à-dire ceux qui ont suivi une formation supplémentaire après l’obtention de leur diplôme d’État (IADE, IBODE, Infirmier en puériculture).

à lire :   index.html

Les salaires actuels de la fonction publique hospitalière sont très peu attractifs, ce qui entretient la pénurie chronique en personnel dont souffre le système de santé français. La durée moyenne d’exercice d’une infirmière est de 12 années. Une différence notable cependant entre public et privé concerne les possibilités de s’inscrire dans un travail de recherche dans le domaine des soins infirmiers. En effet, le secteur public accepte plus facilement de consacrer du temps et de l’argent à ce type d’activité transversale que le privé [1].

 

L’intérim

L’Activité intérimaire de la profession d’infirmier(e)s est de plus en plus prisée par les jeunes diplômé(e)s, ils travaillent surtout en clinique privées et quelques rares hôpitaux autorisés à embaucher des intérimaires pour pallier le manque d’effectif et d’attractivité de la fonction publique hospitalière.

 

Le milieu scolaire

L’infirmière scolaire assure un suivi sanitaire des élèves, collégiens et lycéens à l’intérieur même de leur établissement. Elle assure également une surveillance des jeunes exposés à des nuisances spécifiques, une surveillance sanitaire de l’hygiène générale en milieu scolaire et enfin une éducation à la santé et à la sécurité. Elle organise les soins et les urgences dans les établissements et contribue à l’intégration scolaire des élèves atteints de handicaps ou de troubles de la santé.

Elle participe à la mise en place de dispositifs adaptés en cas d’événements graves survenus dans la communauté scolaire, ou de maladies transmissibles. Elle contribue à l’apprentissage de la citoyenneté et à la lutte contre l’absentéisme, assure un suivi des élèves en difficulté, elle participe à la protection des mineurs en danger, prévient les différents intervenants extérieurs en cas de besoin (Aide sociale à l’enfance, par exemple).

Tenue au secret médical, son action peut être individuelle (sous la forme d’entretiens par exemple, l’infirmière accueille et organise un suivi des élèves qui la sollicitent) ou collective, sous la forme d’actions de prévention des conduites à risque (par exemple, en partenariat avec les institutions ou les partenaires territoriaux ou associatifs locaux).

 

Le libéral

L’infirmier libéral dispense des soins auprès de patients à domicile ou dans un cabinet privé, sur prescription médicale ou en fonction du rôle propre qui lui est dévolu. Il dispense aussi bien des soins d’hygiène et de prévention, que des soins plus techniques (prélèvement sanguin, chimiothérapie, etc.)

 

Les crèches, la Protection maternelle et infantile

L’infirmier peut, grâce à un diplôme de puériculture, prendre le poste de directeur de crèche ou de halte-garderie.

 

En service des Armées, en SSSM

L’infirmier diplômé d’état peut exercer au sein du service de santé et de secours médical (SSSM) d’un SDIS.

Il est alors un infirmier sapeur-pompier (ISP) qui est amené à exécuter des taches très variées (préparation des visites médicales, formation et encadrement des pompiers, mise en place de protocoles, gardes opérationnelles, etc.). Ces missions nécessitent une préparation spécifique enseignée par l’École nationale supérieure des officiers sapeurs-pompiers (ENSOSP) située à Aix en Provence.

Il existe deux types d’engagement : volontaire ou professionnel.

 

L’humanitaire

Katrina

Katrina

On retrouve des infirmiers au sein d’ONG comme médecins sans frontières ou médecins du monde.

 

Le milieu militaire

On trouve des infirmiers sous le statut militaire. Il existe en France, deux manières d’être sous cette égide.

Celle du service de santé des armées, où les infirmiers sont sous l’abrégé de MITHA, Militaires infirmiers et techniciens des hôpitaux des armées.

Et celle des infirmiers militaires, ceux incorporés dans les forces que l’on retrouve dans les différentes armées que compose l’Armée Française (dixit, l’Armée de Terre, l’Armée de l’Air, la Marine Nationale, la Gendarmerie Nationale, etc.).

 

Journée internationale

La Journée internationale de l’infirmière est célébrée dans le monde entier le 12 mai, jour anniversaire de la naissance de Florence Nightingale. Chaque année, le Conseil international des infirmières commémore cette date par la production et la distribution de dossiers.

En 2006, le thème du dossier était « Effectifs suffisants = vies sauvées« .


Encyclopédie Wikipédia Cette définition provient de l’encyclopédie libre Wikipédia publiée sous licence GNU FDL. Elle est reprise sur eturama.com à but informatif. Vous pouvez soumettre une modification ou un complément à cette définition sur la page correspondante de Wikipédia. La liste complète des auteurs de cet article est disponible sur cette page. Eturama.com partage les objectifs globaux de Wikipédia.
Publicité