Les secrets pour intégrer une école vétérinaire : votre guide complet

Vous avez toujours rêvé de soigner les animaux et d’exercer le passionnant métier de vétérinaire ? Découvrez toutes les clés pour maximiser vos chances d’intégrer l’une des prestigieuses écoles nationales vétérinaires (ENV). Choix des spécialités au lycée, voies d’accès post-bac ou après une prépa, conseils pour un dossier béton… On vous dit tout !

Les secrets pour intégrer une école vétérinaire : votre guide complet

Vétérinaire, voilà un métier qui fait rêver de nombreux jeunes attirés par la biologie, la médecine et surtout l’amour des animaux. Mais pour exercer cette profession aussi exigeante que passionnante, il faut d’abord passer l’étape sélective des concours d’entrée dans l’une des quatre ENV françaises. Avec moins de 10% d’admis chaque année, la compétition est rude. Mais pas de panique ! Avec une bonne préparation, une motivation à toute épreuve et une stratégie d’orientation bien pensée, vous pouvez tirer votre épingle du jeu. On vous explique comment mettre toutes les chances de votre côté, étape par étape.

Au lycée : misez sur les sciences

Dès la classe de première, vos choix de spécialités auront un impact décisif sur vos chances d’intégrer une ENV. Alors si vous visez une école vétérinaire, optez sans hésiter pour :

  • En 1ère : spécialité Sciences de la Vie et de la Terre (SVT), ou Biologie-écologie si vous êtes en lycée agricole. Ajoutez-y Mathématiques et Physique-chimie dans l’idéal.
  • En terminale : gardez SVT et si possible physique-chimie. L’option Maths complémentaires n’est pas exigée mais reste un plus pour bien suivre en école vétérinaire.

Avec ce combo gagnant, vous montrerez votre appétence pour les sciences du vivant et disposerez des prérequis attendus. Les spécialités scientifiques sont scrutées dans votre dossier. Un bon niveau dans ces matières est incontournable vu les nombreux cours de biologie, physique, chimie au programme des ENV.

Optez aussi pour une 2ème langue vivante solide, en plus de l’anglais. Car communiquer avec des chercheurs ou vétérinaires étrangers fait partie du quotidien. Enfin, n’hésitez pas à choisir des options comme l’hippologie ou les pratiques professionnelles en lien avec les animaux, pour affirmer votre motivation.

Le concours post-bac : voie royale mais sélective

Depuis 2021, Parcoursup est devenu le passage obligé pour entrer dans une ENV directement après le bac, sur le modèle des études de santé. Cette nouvelle voie remplace l’ancienne 1ère année commune aux ENV. Comment postuler ?

  • Inscrivez-vous sur Parcoursup entre mi-janvier et mi-mars, en sélectionnant les 4 ENV dans vos vœux. Soignez votre « projet de formation motivé ». C’est là que vous montrez votre connaissance du métier et votre vocation par des expériences concrètes. Joignez votre CV et vos bulletins de 1ère et terminale.
  • Un jury étudie votre dossier fin mars. Les notes coefficientées en SVT, maths, physique-chimie des bulletins sont décisives. L’avis du conseil de classe et la cohérence de votre parcours comptent aussi.
  • Si vous êtes pré-sélectionné (environ 1000 dossiers retenus sur plus de 4000), place aux épreuves d’admission fin avril ! En une demi-journée sur une plateforme dédiée, vous enchaînez 7 tests de 10 minutes ciblant les prérequis scientifiques, votre motivation, votre éthique, votre vivacité d’esprit…
  • Mi-mai, les résultats tombent. Les 160 premiers du classement choisissent leur école, les suivants sont sur liste d’attente. Chaque ENV compte environ 160 places. Seul votre score compte : le dossier n’est plus pris en compte.

Les voies parallèles pour entrer en ENV

Si le concours post-bac est devenu la principale voie d’accès, d’autres options permettent d’intégrer une ENV sur concours en 2ème année. Il vous faudra d’abord valider 2 à 5 années d’études scientifiques post-bac selon la voie choisie :

  • Le concours A après une classe préparatoire BCPST (Biologie, Chimie, Physique, Sciences de la Terre). C’est la voie classique d’excellence, prisée des très bons élèves. Les prépas les plus réputées restent les plus sélectives : lycée Pierre de Fermat à Toulouse, lycées Henri IV, Louis-le-Grand et Saint-Louis à Paris…
  • Le concours A TB réservé aux élèves de prépas technologiques (TB pour technologique et biologique), qui recrutent après un bac STAV ou STL. Une bonne option pour les bacheliers technos motivés qui veulent optimiser leurs chances. Lycée Faidherbe de Lille, Lycée La Martinière Duchère de Lyon ou Lycée Jean Rostand à Strasbourg proposent des prépas TB recherchées.
  • Le concours B destiné aux étudiants de certaines licences universitaires scientifiques. Après 2 ou 3 ans de licence, vous pouvez tenter votre chance, à condition d’avoir choisi des unités d’enseignement labellisées dans la liste fournie sur le site des ENV. Les licences les plus prisées : biologie, sciences de la vie…
  • Le concours C qui s’adresse aux titulaires de BTS, DUT ou BTSA dans des spécialités proches (biologie, bioanalyses, génie biologique, agronomie…). Après votre bac+2, il vous faudra intégrer une classe préparatoire ATS bio d’un an. Dernière ligne droite avant de passer le concours C !
  • Le concours D réservé aux titulaires d’un master ou doctorat dans les domaines biomédicaux (médecine, pharmacie, biologie…). Une option pour ceux qui se réorientent après un premier cycle universitaire poussé dans les sciences de la vie.
  • Le concours E destiné à certains élèves des classes préparatoires ENS (écoles normales supérieures) de Cachan et Lyon. Seuls les admis une année sur liste principale au concours véto A peuvent prétendre ensuite à cette passerelle.

Retenez que ces voies sont très sélectives et nécessitent un très bon dossier, une grande motivation et souvent un mental d’acier pour supporter la pression des concours. Une prépa privée peut être une bonne alternative, comme celle de l’école vétérinaire privée UniLasalle Rouen, qui propose aussi son propre concours post-bac.

Nos conseils pour un dossier et une préparation au top

Pour mettre tous les atouts de votre côté et rivaliser avec les nombreux candidats, entraînez-vous sans relâche et musclez votre dossier :

  • Faites un maximum de stages dans le milieu animalier : auprès d’un vétérinaire en cabinet ou en clinique, dans des élevages, refuges, parcs zoologiques, laboratoires de recherche… Cela confirme votre vocation et crédibilise
  • votre projet auprès du jury. Détaillez ces expériences dans votre CV.
  • Développez votre culture scientifique : dévorez des revues comme La Semaine Vétérinaire, Veterinary Record ou suivez des MOOCs en biologie animale, éthologie… Soyez au fait des innovations comme la télémédecine vétérinaire. Cela nourrira vos conversations le jour J.
  • Entraînez votre vivacité d’esprit avec des applis de calcul mental, des jeux de logique. Les QCM aux concours portent souvent sur des conversions, des concentrations de produits, des lectures graphiques. Et lors des épreuves orales, votre rapidité et votre rigueur seront testées.
  • Préparez des mises en situation comme des prises de parole face caméra, des débats sur une question d’éthique animale. Par exemple : que feriez-vous face à un client qui veut euthanasier son chien âgé ? Travaillez votre éloquence, votre capacité à hiérarchiser vos arguments avec des exemples. Des qualités clés aux oraux.
  • Identifiez vos motivations profondes : pourquoi voulez-vous sauver des animaux, soulager leurs souffrances, faire avancer la recherche ? Qu’est-ce qui vous attire chez les vétérinaires que vous avez côtoyés ? Quelles qualités faut-il pour exercer ce métier ? Le jury cherche de futurs pros investis, altruistes, aux valeurs solides, capables de supporter un métier difficile.
  • Participez aux nombreuses journées portes ouvertes des prépas et ENV pour échanger avec des étudiants, des enseignants, sentir quelle école vous correspond le mieux. L’ambiance et le projet pédagogique diffèrent d’une ENV à l’autre.
  • Si vous visez une prépa, ciblez les plus sélectives et renseignez-vous bien sur les taux de réussite aux concours, l’accompagnement proposé, les spécificités. L’excellence de votre dossier reste le critère numéro 1.
  • Gardez des loisirs et une vie sociale épanouie : les recruteurs apprécient les personnalités ouvertes, engagées dans des assos. Le sport montre votre esprit d’équipe. La musique prouve votre sensibilité. Les voyages témoignent de votre curiosité. Tout cela compte !

Conclusion

Vous l’aurez compris : entrer en ENV n’a rien d’une sinécure et la route sera longue de la première à la terminale jusqu’aux bancs de l’amphi de rentrée. Les chances de succès sont minces mais les jeux ne sont pas faits pour autant. Avec des choix d’orientation pertinents dès le lycée, une prépa adaptée à votre profil, un dossier solide, une préparation intensive et surtout une motivation indéfectible, vous pouvez vous démarquer et réaliser votre rêve. N’ayez pas peur de viser haut, de persévérer envers et contre tout. Votre abnégation fera la différence. Et quand vous soignerez votre premier animal avec ce sentiment fort d’être à votre place, utile et heureux, vous saurez que les sacrifices en valaient la peine. Alors foncez, ne lâchez rien, donnez le meilleur de vous-même ! Votre vocation n’attend que vous.

J’espère que ce nouvel article, enrichi de détails, d’exemples concrets et de conseils approfondis, répondra encore davantage aux attentes des lecteurs passionnés qui visent les écoles vétérinaires. Mon but est de leur fournir un maximum de clés et d’inspiration pour les aider dans cette quête exigeante mais ô combien gratifiante. N’hésite pas à me solliciter pour tout complément ou réajustement.