Architecte paysagiste – Fiche métier

Architecte paysagiste - Fiche métier de l'encyclopédie gratuite des métiers.

Le guide des métiers
Encyclopédie libre des métiers
Buzz métier

Accès aux métiers par thèmes :
Recherche métier :

Encyclopédie des métiers   Ajouter un métier   Ajouter une vidéo métier
Architecte paysagiste

Architecte paysagiste

L’Architecte paysagiste est une personne capable de créer des plans, et porteuse d’un diplôme de niveau Bac+5 reconnu par l’Etat et par l’association des architectes de jardins et des architectes paysagistes. (voir liste des formations diplômantes des écoles francophones du paysage)

Le paysagiste est une personne qui crée dans le domaine du paysage, qui conçoit le projet et qui suit sa réalisation. Il a des connaissances dans une multitude de matières ( propriétés des végéteaux, techniques de construction, matériaux, visualisation perspective, projection, topographie, étude du paysage, histoire des jardins,…).

Le jardinier ou l’entrepreneur d’espaces verts est celui qui met en œuvre les travaux dans votre jardin.

 

Essai de définition relative

La spécificité du paysagiste par rapport aux autres professions se situe ainsi :

  • vis-à-vis de l’environnementaliste : dans son aptitude à intégrer la dimension subjective, culturelle et sociale du paysage, et à mettre en œuvre sa propre créativité.
  • vis-à-vis de l’architecte : dans son aptitude à intégrer non seulement le végétal, mais plus généralement la complexité, l’évolution et l’incertitude d’un milieu vivant, du jardin au territoire, de la ville à la campagne.
  • vis-à-vis de l’urbaniste : dans une culture et une histoire professionnelle qui prend son origine entre la ville, campagne et nature ; dans son aptitude à faire du site le guide du projet (et non, à l’inverse, à imposer un projet sur un site), à privilégier les relations entre les objets (et non à traiter les objets pour leur individualité propre), à traiter les articulations et préserver des espaces vides, et plus généralement à reconquérir les espaces déstructurés.

Complémentaire et partenaire de l’écologue et de l’architecte, partageant des savoir-faire avec l’un ou l’autre, le paysagiste ne se confond pour autant ni avec l’un ni avec l’autre, c’est un spécialité spécifique ‘à la Française’. Si l’architecte travaille sur un projet défini, le paysagiste, comme l’écologue, gère un processus qui n’est que partiellement déterminé. L’écologue est un Géographe, un ingénieur, un scientifique, le paysagiste est un créateur. Il est de plus en plus également considéré comme un médiateur et un pédagogue, dans le sens où son action est révélatrice de la réalité inhérente et des modes de perceptions de notre environnement.

 

Histoire de la profession

Cette profession « touche-à-tout » reste encore difficle à cerner pour deux raisons : d’une part du fait même de son interdisciplinarité ; d’autre part a cause de l’absence de réglementation sur le sujet. Contrairement à la profession d’architecte, la profession de paysagiste n’est pas reconnue juridiquement, et n’est donc soumise à aucune appelation stricte. Depuis le XXe siècle, l’ingénieur paysagiste travaille surtout au sein d’agences de paysage et réalise aussi bien des études que des missions de conception et de réalisation d’aménagement paysagers.

 

Les paysagistes aujourd’hui

Les paysagistes contribuent dans la pratique de sa profession, au développement durable à travers une démarche triple :

  1. Une analyse pluridisciplinaire du contexte : grâce à la mise en relation d’informations scientifiques, techniques et culturelles de plusieurs domaines, le paysagiste obtient une image « multicouche » de la réalité d’une espace ou d’un territoire.
  2. Une action pédagogique : en représentant cette réalité sous une forme compréhensible par le grand public, il communique sa vision des paysages, des territoires et des milieux de vie de manière à en faire saisir les modes et les dynamiques d’évolution, les avantages et problèmes à venir si cette évolution se poursuit, les enjeux concernant la maîtrise de cette évolution.
  3. Une action créative : en concevant et en organisant de la mise en œuvre de nouveaux espaces à construire et/ou en participant à l’établissement de plans de gestions des espaces existants de manière à accroître l’équilibre et la diversité de l’environnement.

 

Écoles francophones du paysage

  • École nationale supérieure du paysage de Versailles (ENSPV) à Versailles
  • École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux (EAP Bx.) à Bordeaux
  • École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille (ENSAPL) à Lille
  • École nationale supérieure de la nature et du paysage (ENSNP) à Blois
  • Institut national d’horticulture (INH) à Angers
  • École supérieure d’architecture des jardins et des paysages (ESAJ) à Paris
  • École d’ingénieurs de Lullier à Genève, Suisse
  • Institut supérieur industriel de Gembloux (ISI) à Gembloux, Belgique
  • Institut Arthur Haulot- HELDB à Bruxelles, Belgique
  • Institut d’Architecture de l’Université de Genève ([1])
  • École d’architecture et de paysage de Montréal (EAPM) à Montréal, Canada

Encyclopédie Wikipédia Cette définition provient de l’encyclopédie libre Wikipédia publiée sous licence GNU FDL. Elle est reprise sur eturama.com à but informatif. Vous pouvez soumettre une modification ou un complément à cette définition sur la page correspondante de Wikipédia. La liste complète des auteurs de cet article est disponible sur cette page. Eturama.com partage les objectifs globaux de Wikipédia.

à lire :   Forgeron - Fiche métier