Qu’est que la supply chain ?

Nous avons entendu tellement de choses diverses sur la supply chain que nous avons décidé d’en donner la description la plus fine possible. Chaque jour, en tant que cabinet de recrutement spécialisé dans les spécialistes de la supply chain, nous entendons et lisons de nombreux points de vue. Par conséquent, nous voulions que les non-initiés comme les initiés aient une compréhension claire de la supply chain. Avez-vous une idée de ce qu’est une supply chain ? Définition de la supply chain :

Comment définir la supply chain ?

La supply chain se définit comme le lien entre le fournisseur et le client du client. En termes littéraux, il s’agit d’un réseau qui rassemble un groupe d’experts et tente de les inciter à travailler ensemble de la manière la plus efficace possible. Les producteurs, les fournisseurs, les usines, les distributeurs, les consommateurs et les prestataires logistiques sont les principaux participants à la supply chain.

De nos jours, la supply chain implique littéralement la supply chain ou le cycle de la supply chain lorsqu’elle est traduite de l’anglais. La supply chain comprend l’acquisition, la production et la distribution de biens. Elle est constituée de plusieurs flux. Les flux physiques, les flux d’information, les flux financiers et administratifs sont autant d’exemples de ces types de flux. Par conséquent, la préoccupation majeure est la gestion des flux.

Supply chain

La chaîne logistique est différente de la supply chain

À ne pas confondre avec la chaîne logistique, qui englobe la gestion des entrepôts, les flux de transport internes et externes, les fournisseurs et la livraison des produits aux clients.

Nous reviendrons sur ce sujet dans un prochain billet. L’objectif ultime est d’acheminer les bons articles au bon endroit, au bon moment, en nombre suffisant et dans le bon état, tout en limitant les coûts. C’est un élément nécessaire de la supply chain, mais ce n’est qu’un aspect de la supply chain. Les deux mots sont mutuellement bénéfiques, et l’un ne peut exister sans l’autre. Ce ne sont toutefois pas des termes interchangeables. Par conséquent, lorsque vous utilisez ces deux expressions, veillez à les utiliser de manière appropriée et à ne pas les confondre.

Depuis de nombreuses années, les entreprises utilisent l’idée de supply chain pour accroître leur compétitivité sur le marché. Cependant, il s’agit d’une idée contemporaine et nouvelle qui aide une entreprise à être plus compétitive sur le marché face à ses concurrents, en plus d’être un mot qui désigne la séquence d’étapes que les marchandises franchissent de la production à l’arrivée chez le client final.

Quelle est la différence entre la supply chain et la logistique ?

Une différence est établie entre la logistique et la supply chain d’une entreprise. Le terme « logistique » fait référence à une procédure qui optimise le mouvement des marchandises à l’intérieur d’une entreprise et vers les clients. Parce qu’elle associe la logistique à l’administration et à la coordination de nombreuses opérations de l’entreprise, la supply chain a une grande variété d’utilisations.

La logistique est le processus qui consiste à mettre toutes les ressources d’une entreprise au service de la gestion de ses opérations internes. Il peut s’agir de ressources monétaires, matérielles ou humaines. Elle est chargée de superviser les flux spécialisés de l’entrepôt. La réception, le stockage ou la préparation des articles pour l’expédition en sont des exemples.

Parce qu’elle intègre la logistique dans son processus d’optimisation, la supply chain a un plus large éventail d’applications. Elle porte également le nom de chaîne logistique et désigne les professions qui s’occupent du transport et de l’acheminement des produits. L’une des distinctions les plus importantes entre la logistique et la supply chain réside dans leurs objectifs distincts. La première se préoccupe du bonheur du client, tandis que la seconde est un outil d’optimisation des opérations en vue d’obtenir un avantage concurrentiel.

Quels sont les 4 piliers d’activités du Supply Chain Management ?

  1. Les ressources ou moyens logistiques

La gestion logistique, c’est aussi une gestion optimisée des ressources de l’entreprise (matérielles, humaines, technologiques – système d’information – base de données) dans le but de satisfaire les différents besoins exprimés. La logistique sélectionne les moyens de production ; veille à leur adaptation à la nature des besoins auxquels l’entreprise est confrontée ; gère les emplacements, les dimensions et l’agencement des établissements ; gère les moyens généraux (parc automobile, déplacements, hébergement, etc.) ; organise les processus matériels et immatériels ; détermine les réseaux logistiques (transports, entrepôts, tournées) et les tournées.

  1. Les coûts de la logistique 

Par une démarche unique et relativement simple : l’optimisation des coûts logistiques, la logistique contribue à augmenter le profit de l’entreprise. Toute dépense ou perte évitée en dépensant moins ou rien est un bénéfice potentiel. Seule une entreprise qui maîtrise ses dépenses peut se permettre de faire des offres commerciales attractives (prix de vente réduit + qualité de service maintenue = augmentation de la part de marché) et donc rester compétitive.

La négociation et l’achat de services logistiques, la sélection d’équipements à faible consommation d’énergie, le choix des routes et des itinéraires (les moins coûteux), la sélection d’horaires les plus fluides possibles (pour éviter les files d’attente, qui entraînent également des pertes), le contrôle du taux de remplissage des unités de transport, le suivi des niveaux de stock font l’objet d’une attention particulière (afin d’éviter les surstocks et les pénuries)…

  1. Le temps pour la logistique

L’un des facteurs qui rend possible l’excellence logistique est l’intégration des normes de temps logistique dans la gestion des flux. La maîtrise des délais est un moyen certain d’augmenter la productivité. L’improvisation n’est pas une option. Quelle que soit la nature des opérations, l’ordonnancement et la planification des tâches, ainsi que la spécification des gammes d’opérations et des procédures, permettent d’éliminer toute opération inutile dans une étude préalable.

Les activités requises sont ensuite réalisées dans le respect des délais établis. De nombreux acteurs se tournent vers ce dernier pour obtenir des conseils : les vendeurs pour les propositions relatives aux délais contractuels, les logisticiens pour la planification des opérations, etc.

  1. La qualité du service

La qualité du service est importante pour le logisticien à deux égards : la qualité du service à domicile, c’est-à-dire au sein de sa propre entreprise, et la qualité du service vis-à-vis du client, c’est-à-dire toute activité ou événement susceptible d’avoir un impact sur la satisfaction du client.

La qualité du service à domicile concerne la façon dont les opérations internes sont réalisées, y compris les techniques, les procédures, les gammes d’activités et la planification des tâches, dans le but d’identifier tous les types de gaspillage (défauts, pertes, files d’attente, etc.) et d’en rechercher et éliminer les raisons fondamentales. La fluidité des documents et des flux physiques doit être assurée. Cela nécessite la mise en place d’un système d’alerte en temps réel.

La qualité du service au client implique de fournir tous les services en respectant précisément les exigences ou le contrat (respect des coûts, respect des quantités, respect des délais). Cela nécessite une multitude d’assurances, une gestion des risques dans chacune des opérations et une excellente gestion des moindres détails logistiques (zéro défaut, zéro incident, zéro dommage, zéro retard, zéro pénalité, etc.)

Supply chain

Qu’est-ce que cela signifie d’avoir un flux physique ?

Le mouvement (transport) et le stockage des marchandises sont appelés flux physiques. Il commence dans une usine de fabrication, se dirige vers un entrepôt (ou plusieurs), puis vers un magasin ou un consommateur final, selon le type de distribution (vente sur Internet ou distribution traditionnelle). Cette expression est communément liée à la logistique, mais je ne m’étendrai pas sur le sujet car il sera abordé dans une section ultérieure.

L’approvisionnement, la maintenance, la gestion des stocks et des flux de produits, la gestion des entrepôts et le transport font partie des tâches incluses dans ces flux. Ils sont influencés par les prévisions de ventes les plus précises possibles afin d’éviter les problèmes de surstockage ou de pénurie.

Le cœur battant du processus logistique

Comme indiqué précédemment, les flux physiques correspondent au mouvement des marchandises au sein d’une entreprise.

L’entrepôt reçoit les produits de ses fournisseurs. Ils y sont reçus, inspectés et conservés, et le fournisseur peut s’appuyer sur le WMS, ou système de gestion d’entrepôt, pour l’aider à optimiser et à gérer son stock.

Cependant, il ne s’agit pas simplement d’optimiser la production.

Le planificateur et le chef d’atelier ou d’usine peuvent utiliser un logiciel de GPAO (Gestion de Production Assistée par Ordinateur) pour gérer non seulement la conception et la gestion d’un calendrier de fabrication, mais aussi les achats, les stocks et les commandes d’articles nécessaires. Les enjeux sont importants, quelle que soit la méthode de fabrication : produire efficacement, respecter les délais du client et se conformer aux normes et aux limites de qualité.

Le numérique et la supply chain

Enfin, le responsable de l’expédition et du transport peut s’appuyer sur les logiciels TMS (Transport Management System) pour gérer le transport des marchandises et leur livraison au client final. Les logiciels TMS contrôlent et rationalisent le processus de transport, donnant au responsable de l’expédition et du transport un plus grand contrôle sur les flux, les coûts et le temps nécessaire au transport.

Enfin, l’équipe de la supply chain peut s’appuyer sur un logiciel de gestion de la relation client (CRM) afin d’optimiser au maximum les interactions avec les clients, d’anticiper leurs attentes et d’y répondre autant que possible. La gestion de la relation client (CRM) est une base de données qui stocke toutes les informations relatives aux clients. On y trouve l’historique des commandes, les éléments relatifs aux conditions de collaboration, les préférences des clients, etc. La logistique inverse est également de plus en plus populaire, et elle a une influence considérable sur l’ensemble de la supply chain.

Quelle est la définition d’un flux d’informations ?

Une entreprise, comme une grande bibliothèque, produit une base de données massive qu’elle enregistre sur ses serveurs. Cette base de données est une compilation de données. Elle comprend des informations sur les produits proposés, les nombreux acteurs du processus, les méthodes utilisées, les ressources rendues accessibles, etc.

Les flux d’informations, comme le cerveau qui anime les flux physiques, permettent d’influencer la stratégie de la supply chain de l’entreprise. Ces données permettent une analyse complète de l’ensemble de la chaîne de valeur.

Quelles informations sont concernées ?

Elle contient des catalogues de produits avec des descriptions détaillées de chaque produit, ainsi que des informations sur les fournisseurs et les prestataires de services (services logistiques, transporteurs, agents en douane, etc.) Elle comprend également la stratégie d’approvisionnement complète, ainsi que les modes de transport choisis et leur efficacité. Toutes les données sont enregistrées, y compris les prix (pour les articles, le transport et les services partenaires), l’historique des ventes et des mouvements, les mesures de performance et les informations sur les clients. La question est de savoir comment les utiliser correctement, pour prévoir l’avenir et ce qui va se passer.

Les flux d’informations permettent, par exemple, de savoir combien un client a acheté, combien il faut commander aux fournisseurs, combien il faut stocker, combien il faut créer et enfin combien il faut envoyer.

Supply chain

Mais pour quelles utilisations ?

D’abord pour optimiser les ressources. En effet, lorsque de nombreuses commandes sont passées en même temps, les procédures doivent être optimisées. L’objectif est de minimiser la quantité de ressources nécessaires pour produire et donc répondre à la demande des consommateurs, en réduisant les coûts et en rendant l’entreprise plus compétitive sur le marché. Cette optimisation de la supply chain aboutit à un produit dont le coût est le plus bas possible, ce qui permet aux clients de satisfaire leurs critères de prix et de qualité.

Analyser les ventes antérieures pour estimer et donc anticiper la demande afin de fournir les articles aux clients plus rapidement puisqu’ils sont déjà accessibles, tout en minimisant les impacts des surstocks ou des ruptures de stock. Cela conduit à une utilisation optimale de l’espace de stockage tout en évitant la sur- ou sous-utilisation de l’espace de stockage d’un prestataire logistique.

Déterminer combien cela coûte afin de déterminer à quel prix le vendre pour payer les coûts et réaliser un bénéfice, ainsi que pour investir dans des instruments qui amélioreront l’infrastructure utilisée et les moyens disponibles afin de réduire les coûts et de gagner plus d’argent.

La fiabilité des données, comme socle de la supply chain

Le flux d’informations est donc essentiel pour que l’entreprise puisse non seulement communiquer efficacement en interne et en externe avec les prestataires de services, mais aussi analyser l’impact des tactiques employées et, le cas échéant, les corriger.

Le prestataire peut utiliser des systèmes d’information pour optimiser la gestion de ces flux. L’ERP (Enterprise Resource Planning), également appelé PGI (Progiciel de Gestion Intégrée), est le plus important. Il est la colonne vertébrale de l’entreprise. C’est un système de gestion et de suivi de toutes les informations et services opérationnels au quotidien.

Quelle est la différence entre un flux administratif et un flux financier ?

Les flux financiers et administratifs sont l’ensemble des papiers et des transactions qui transitent entre les nombreux acteurs de la chaîne logistique et constituent une stratégie en soi (partenaires, fournisseurs et sous-traitants, et au sein de l’entreprise).

Le traitement des commandes, le contrôle des délais de livraison, le contrôle des commandes et des paiements, ainsi que les rapports de gestion, sont autant d’exemples de ces processus. Les flux administratifs et financiers sont gérés par les départements des achats, des ventes, de l’administration et des finances. Ils jouent un rôle essentiel dans la supply chain car un retard dans le traitement administratif des commandes, par exemple, a de graves répercussions sur la programmation des approvisionnements et, par conséquent, sur la gestion des stocks.

Le plus important est de savoir quand vous serez payé et quand vous devez payer vos fournisseurs. Cela permet aux entreprises de mieux gérer leur trésorerie. Le directeur financier peut superviser les finances de l’entreprise en ayant une parfaite maîtrise des flux physiques et d’informations. Il assure ainsi la viabilité à long terme de l’entreprise, ce qui n’est pas toujours facile lorsque certains consommateurs ne respectent pas la loi et paient au-delà du délai de 30 jours.

Quels sont les problèmes auxquels est confrontée la supply chain du futur ?

Pour une entreprise, les problèmes de gestion de la supply chain se résument à rendre ses produits accessibles au bon moment, au bon endroit et au meilleur prix.

Il faut fixer des délais, prévoir la demande et élaborer des prévisions afin que les fournitures essentielles soient accessibles pour la fabrication et que les produits finis soient livrés aux clients à temps.

Au bon endroit, c’est-à-dire en traitant correctement les commandes afin que le bon client reçoive le bon nombre d’articles.

Être toujours compétitif

Certainement au meilleur prix, en achetant aussi peu cher que possible. Mais, surtout, avoir une supply chain qui fonctionne bien et qui vous permet de dépenser le moins possible en services extérieurs. Rationalisez toutes les activités pour économiser de l’argent sur le transport, le stockage et la fabrication. Calculez la main-d’œuvre nécessaire, le nombre de machines, le mode de transport le plus efficace et le plus rentable, prévoyez la capacité de stockage requise et optimisez les niveaux de stock pour éviter d’être en surplus et de devoir liquider ou détruire des marchandises, mais aussi pour éviter d’être en rupture de stock, ce qui ralentirait la production…

Dans l’environnement économique hautement compétitif d’aujourd’hui, les entreprises sont continuellement obligées de se réinventer d’une manière ou d’une autre. Pour être plus compétitives sur le marché, les entreprises doivent améliorer leur marketing, leur communication, leurs relations avec la clientèle, leur logistique et leur gestion organisationnelle.

Supply chain

L’amélioration continue

Les entreprises sont toujours à la recherche de méthodes innovantes pour créer, acheminer et transporter les marchandises, ainsi que pour satisfaire leurs consommateurs, tout au long de la supply chain. Cette optimisation est rendue possible par la collecte et l’analyse des données. Les entreprises se concentrent depuis des années sur l’optimisation de la production. Tout ce qui se passe avant ou après la fabrication a été négligé. La production est déjà bien rodée. D’autres leviers doivent être découverts. Elles peuvent préserver leur avantage concurrentiel indiscutable en maîtrisant les flux en amont et en aval.

Quels sont les défis de la supply chain ?

Sans une compréhension des nombreuses difficultés auxquelles la supply chain pourrait être confrontée à l’avenir, une définition de la supply chain serait incomplète.

Pour les entreprises, la difficulté consiste à trouver un équilibre raisonnable entre le plaisir du client et la rentabilité. Il n’est pas possible de disposer d’une quantité infinie de marchandises dans le seul but de satisfaire les consommateurs. 

Il faut être le plus précis possible, avec la meilleure qualité de prévision possible, afin d’optimiser les niveaux de stock. Vous ne pourrez pas non plus livrer tous vos clients en moins de 5 heures. Ce n’est bon pour le résultat financier de personne. Par conséquent, nous devons trouver un équilibre entre ce que veut le consommateur et la capacité de l’entreprise à livrer.

Une supply chain durable

Nous abordons la question de la rentabilité écologique d’un point de vue écologique. Les clients qui veulent des articles dès que possible doivent trouver un équilibre avec l’effet environnemental de la supply chain. Cela est particulièrement vrai dans le cas du transport. Nous ne transporterons pas tous les produits par avion. C’est un mode de transport très rapide et efficace, mais il est aussi assez coûteux et polluant.

blockchain et supply chain

La supply chain est confrontée à une énorme menace sous la forme de la blockchain.

Blockchain et supply chain

Dans les prochaines années, la blockchain deviendra de plus en plus essentielle. L’obligation d’assurer la fiabilité et la traçabilité des données est, en effet, un gros problème pour la supply chain. Chaque flux sera pris en compte sur cette blockchain en mettant de l’ordre dans toute la chaîne de valeur. Ce passage à la blockchain permettra d’échanger et de protéger les données. Même si le chemin est encore long, toutes les industries sensibles et les secteurs à forte valeur ajoutée devraient être les premiers concernés. On pense notamment aux secteurs pharmaceutiques et aérospatiaux.

Conclusion

Par conséquent, l’analyse et la fiabilité des données sont essentielles au succès futur de la supply chain. L’utilisation des systèmes d’information facilite la prise de décision. L’analyse des données nous permet de comprendre le fonctionnement actuel des mécanismes, ainsi que leur efficacité et leur inefficacité. Par conséquent, elle aide les entreprises à orienter leurs plans. Investir dans des techniques, des infrastructures et des concepts plus efficaces, par exemple. Elles pourront ainsi créer mieux, plus vite et à moindre coût. En conséquence, elle tiendra son engagement envers les clients : livrer rapidement, avec précision, au bon moment, au bon endroit et au meilleur prix. Ceci est un bref aperçu de la supply chain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *