Physical Address

304 North Cardinal St.
Dorchester Center, MA 02124

Tennis (Tennisman) – Fiche métier

Tennis (Tennisman) - Fiche métier de l'encyclopédie gratuite des métiers.

Le guide des métiers
Encyclopédie libre des métiers
Buzz métier

Accès aux métiers par thèmes :
Recherche métier :

Encyclopédie des métiers   Ajouter un métier   Ajouter une vidéo métier
Tennis (Tennisman)

Tennis (Tennisman)

Le tennis est un sport de raquette qui oppose soit deux joueurs (on parle alors de simple) soit quatre joueurs qui forment deux équipes de deux (on parle alors de double). Les joueurs utilisent une raquette cordée verticalement et horizontalement à une tension variant avec la puissance que l’on veut obtenir. Cette raquette, dont les matériaux peuvent varier, sert à frapper une balle en caoutchouc, remplie d’air et recouverte de feutre. Le but du jeu est de frapper la balle de telle sorte que l’adversaire ne puisse la remettre dans les limites du terrain :

  • soit en marquant le point en mettant l’adversaire hors de portée de la balle ;
  • soit en l’obligeant à commettre une faute (si sa balle ne retombe pas dans les limites du court, ou si elle ne passe pas le filet).

Le match se gagne en remportant un maximum de points, de jeux, puis de sets, conformément aux règles du jeu, variables selon le sexe, l’âge, etc.

Le tennis est l’un des sports de raquette les plus populaires, au même titre que le tennis de table, ou le badminton, qui restent les disciplines les plus pratiquées en Asie.

Court Suzanne Lenglen du stade Roland-Garros.

Court Suzanne Lenglen du stade Roland-Garros.

Courts secondaires du stade Roland-Garros.

Courts secondaires du stade Roland-Garros.

Rencontre de tennis

Rencontre de tennis

 

Histoire

 

Origine du mot

Lorsqu’au Moyen Âge on jouait à la paume, le serveur avait coutume d’annoncer son envoi à l’adversaire en lui criant « Tenez ! ». En ancien français, l’impératif du verbe tenir se prononcait « Tenèts ! ». Quand les Anglais empruntèrent le jeu de paume et sa terminologie, ils entendirent « Tenèts », « Tenis », d’où « tennis ». [1]

 

La naissance du tennis

Le tennis est une adaptation anglaise du jeu de paume. À la suite de la bataille d’Azincourt (1415), le duc d’Orléans est emprisonné pendant deux décennies en Angleterre. À l’occasion de cette captivité à Wingfield dans le comté de Norfolk, le duc introduit en Angleterre le jeu de paume qu’il pratique presque quotidiennement. [2].

Le tennis est né selon les sources entre 1858 et 1870 soit plus de quatre siècles plus tard. En 1858 le major Harry Gem esquisse une sorte de court de tennis sur le gazon de sa propriété : il joue un jeu assez similaire au tennis actuel. Vers 1863 le Major Walter Clopton Wingfield, le descendant du châtelain de Wingfield, pratique aussi une sorte de tennis dans sa résidence à Londres. Vers 1869 dans le Warwickshire, Harry Gem et son ami espagnol Augurio Perera expérimentent une nouvelle version du jeu qu’ils appelèrent d’abord pelota puis plus tard lawn rackets. Gem, Perera, Frederic Haynes et Arthur Tomkin forment un club à Leamington : c’est le premier club de lawn tennis du monde. C’est donc probablement Harry Gem qui a inventé le « tennis moderne » (issu du jeu de paume français) mais c’est Wingfield qui est passé à la postérité car il a commercialisé ce sport sous le nom de « Sphairistike » le 23 février 1874 mais il ne l’a pas inventé comme la légende le prétend. Le sphairistike est la conséquence du jeu de paume et de l’invention du caoutchouc qui permet de réaliser des balles pouvant rebondir sur l’herbe. C’est le chaînon manquant entre le jeu de paume et le tennis. [3] Le tennis en Angleterre a d’ailleurs pour nom Lawn Tennis (tennis sur herbe en anglais) tandis que le jeu de paume est désigné sous le nom Real Tennis (vrai tennis). Le mot « tennis » lui-même provient de l’avertissement « Tenez ! » que donnait le lanceur de balle au départ d’un échange au jeu de paume.

Il semble que le premier tournoi de tennis eut lieu en Août 1876 sur un court aménagé dans la propriété de M. William Appleton à Nahant dans le Massachusetts et remporté par James Dwight [4]. Suit le Tournoi de Wimbledon en 1877 du 9 au 16 (ou 19) juillet, futur Internationaux amateurs de Grande-Bretagne, qui est donc le plus vieux tournoi encore existant. La finale de la première édition se joue devant 200 spectateurs. L’Anglais Spencer Gore s’impose en simple messieurs (24 participants). À l’occasion de ce tournoi, les règles du sphairistike de Wingfield sont modifiées par les organisateurs qui deviennent, de fait, et pendant une décennie, la seule autorité en matière de tennis.

Joueuse de tennis en 1881

Joueuse de tennis en 1881

La France, jadis terre d’élection par excellence du jeu de paume, n’attend pas longtemps pour succomber aux charmes du tennis promu par Wimbledon. Dès 1878, le premier club de tennis est fondé en France à Dinard, en Bretagne.[5] Dans le même temps, les premières parties ont lieu en Australie.

D’autres tournois suivent très vite : en 1878 un tournoi aurait été organisé au Montréal Cricket Club, et les premiers championnats amateurs d’Écosse eurent lieu en indoor sur bois cette même année, les Championnats amateurs d’Irlande débutèrent en 1879 au Fitzwilliam Club de Dublin, ceux de Bohême la même année et ceux de la colonie australienne du Victoria à Melbourne en 1880, chaque colonie australienne crée d’ailleurs son tournoi bien avant le 1er championnat national australien, organisé en 1905 et intitulé « Internationaux d’Australasie », futur Open d’Australie. Les championnats des États-Unis sont organisés pour la première fois à Newport en 1881 (la 1re édition réservée aux citoyens du pays est l’ancêtre de l’US Open, etc.). Le tennis est donc né sous l’ère victorienne avec des règles victoriennes : le sport dans ces conditions ne peut être pratiqué que comme un loisir par de riches aristocrates, donc sans besoin d’argent pour vivre, et ne peut donc faire l’objet d’une profession rémunérée. Ceci explique pourquoi les professionnels du tennis sont longtemps bannis du circuit traditionnel et considérés comme des pestiférés. De plus les responsables du tennis, très jaloux de leur autorité, un autre héritage de l’époque victorienne, ne souhaitent absolument pas avoir affaire à des joueurs professionnels indépendants de leur volonté : c’est ainsi une autre raison pour écarter les « pros » du circuit traditionnel. Plus tard est créé en 1891 le Championnat de France de tennis qui devient véritablement international en 1925 sous le nom « Internationaux de France de tennis ».

En 1933 quand l’Australien Jack Crawford qui a gagné les Internationaux amateurs d’Australie, de France à Roland Garros, de Grande-Bretagne à Wimbledon, atteint aussi la finale des Internationaux amateurs des États-Unis à Forest Hills, les journalistes John Kieran et Allison Danzig utilisent pour la première fois l’expression « Grand Slam » (tirée du brigde et aussi du golf) en évoquant une possible victoire de l’Australien dans les quatre tournois la même année. Ces championnats commencent à prendre de l’importance car les quatre pays hôtes sont les seuls pays de l’époque qui ont remporté la Coupe Davis qui est la plus grande compétition amateur internationale pendant au moins 40 ans de 1920 à 1960 (elle désigne souvent le numéro 1 mondial amateur et a bien plus d’importance que Wimbledon ou Forest Hills). Cette compétition est créée par Dwight Davis en 1900 et oppose dans un premier temps uniquement les Îles Britanniques aux États-Unis. Il n’y a pas d’édition en 1901. Puis d’autres pays souhaitent participer et jusqu’en 1973 seuls les 4 pays cités remportent cette compétition par équipes. En 1938 Donald Budge a l’idée de gagner les championnats des 4 pays vainqueurs de la Coupe : il est donc le premier joueur à consciemment tenter le Grand Chelem (Crawford n’avait aucune intention à l’origine d’aller aux États-Unis car notamment il souffrait du climat new-yorkais) et à le réussir. Ceci devient la véritable référence individuelle du tennis amateur dans les années 1950, plus précisément en 1956 lorsque Lew Hoad est à deux doigts (deux sets précisément) d’accomplir cet exploit. Lorsque le tennis devient « Open » en 1968 le Grand Chelem devient le Graal de tous les joueurs. La version féminine de la Coupe Davis est la Coupe de la Fédération, mieux connue aujourd’hui sous le nom de « Fed Cup ».

 

Les premiers champions

La rivalité, jadis très vive, entre amateurs et professionnels, n’a pas rendu possible, pendant longtemps, d’établir des classements objectifs des meilleurs joueurs. Les professionnels sont interdits jusqu’en mars 1968 de toute compétition organisée par la Fédération Internationale (Coupe Davis…) ou par les Fédérations nationales (Internationaux des pays comme ceux du Grand Chelem…). Néanmoins certaines comparaisons entre ces différents joueurs furent possibles (par exemple : en janvier 1963 Rod Laver, vainqueur du Grand Chelem en 1962, fut opposé aux deux meilleurs professionnels de 1962, Kenneth Robert Rosewall et Lewis Alan Hoad, dans le cadre d’une tournée en Australasie sur gazon : Laver a remporté 2 matches et a subi… 19 défaites, indiquant clairement la suprématie des vieux professionnels) : il semble qu’à partir de 1948 le meilleur joueur du monde fut probablement toujours un joueur professionnel. Depuis 1931 tous les plus grands champions de l’ère pré-« open » sont passés professionnels et, si on excepte Henri Cochet, ils ont tous atteint leur apogée dans le circuit pro : Bill Tilden, Henri Cochet, Ellsworth Vines, Fred Perry, Donald Budge, Bobby Riggs, Jack Kramer, Pancho Segura, Pancho Gonzales, Frank Sedgman, Tony Trabert, Ken Rosewall, Lew Hoad, Rod Laver.

En 1966 des pourparlers s’engagent entre les dirigeants de Wimbledon et Jack Kramer alors promoteur de tennis professionnel pour organiser un tournoi professionnel dans le « Temple » l’année suivante : un mois et demi après le tournoi traditionnel amateur de Wimbledon, BBC2 sponsorise un tournoi professionnel de huit joueurs du 25 au 28 août 1967. Ce tournoi rencontrant un très vif succès auprès du public et des téléspectateurs, le président de Wimbledon, Herman David, décide à l’automne 1967 que le prochain Wimbledon traditionnel (en 1968) serait « Open » c’est-à-dire « ouvert » aux joueurs professionnels. Le 30 mars 1968 la Fédération internationale accepte qu’une dizaine de tournois seront ouverts à tous les joueurs : le premier d’entre eux est organisé à Bournemouth et démarre le 21 avril 1968. Malgré tout La Fédération Internationale et les promoteurs du jeu professionnel continuent de se combattre : il faut attendre plus de quatre ans (août 1972) pour que le tennis soit totalement « Open » c’est-à-dire que la ségrégation entre pros et amateurs vole en éclats.

Pour ne plus être complètement dépendants de leurs dirigeants (d’un côté les fédérations pour les joueurs amateurs et d’un autre côté les promoteurs pour les joueurs professionnels) qui leur imposaient les compétitions qu’ils devaient (ou ne devaient pas) disputer, les joueurs s’unirent en septembre 1972, lors de l’US Open, le seul tournoi du Grand Chelem de l’année où tous les meilleurs joueurs participent (à Wimbledon et à Roland Garros les professionnels sous contrat sont exclus en 1972), pour créer le premier syndicat regroupant tous les joueurs qui le souhaitent : the Association of Tennis Professionals (ATP). Cette association tente d’organiser le circuit tennistique en « collaboration » avec les Fédérations et met en place en Aout 1972 le circuit de l’ATP Tour : dès lors l’ATP, qui échappe d’ailleurs un peu aux joueurs eux-mêmes, gère toutes les épreuves du circuit principal hormis les tournois du Grand Chelem et la Coupe Davis qui relèvent, eux, de la Fédération Internationale et des Fédérations nationales respectives. L’ATP publia le 23 août 1973 son premier classement mondial, dont le Roumain Ilie Năstase fut le premier numéro un.

De son côté, Wimbledon reste un bastion du conservatisme. Tandis que tous les autres tournois autorisent désormais le port de vêtements colorés aux joueurs, le Tournoi de Wimbledon maintient l’obligation de la tenue blanche, fidèle à ses traditions.

Suzanne Lenglen a, quant à elle contribué au succès du tennis, étant la première véritable vedette féminine de la discipline ; elle participera notamment à ce que l’on appellera le match du siècle, à Cannes, qu’elle remportera contre Helen Wills; la même année elle quittera le tennis amateur et deviendra la tête d’affiche de la 1re tournée professionnelle en Amérique du Nord. Mais malgré ce précédent, le tennis féminin peine ensuite à s’affirmer et il faut attendre les années 1960 pour voir des joueuses influer sur le cours des événements. À l’image des garçons, les filles mettent en place un circuit professionnel qui peine à s’établir. La WTA installe définitivement le tennis féminin professionnel.

 

L’ère Open

En 1968, le tennis moderne et professionnel naît véritablement avec le début de l’ère Open. Les quatre tournois du Grand Chelem, rendez-vous majeurs de la saison abandonnent leur statut de tournoi réservé aux amateurs, et ouvrent leurs portes aux joueurs professionnels. Peu à peu, l’ensemble des joueurs de circuit se professionnalise. C’est à partir de cette date que l’on considère le tennis professionnel comme moderne ; l’ère des statistiques et des records commence.

La carrière de Martina Navrátilová, débutée en 1973 fut marquée par l’utilisation de nouvelles techniques de préparations, avec une préparation physique et une préparation psychologique poussées, avec notamment l’utilisation de l’informatique pour analyser les matches et étudier les séquences de jeu [6] L’informatique tient à présent une place importante dans l’évolution des joueurs, puisque les entraîneurs l’utilisent même de nos jours à un niveau amateur.

La politique de dirigeants comme Philippe Chatrier, président de la Fédération internationale de tennis de 1977 à 1991, est déterminante sur le plan international, mais plutôt mal préparée au plan national. En effet, si le tennis quitte son habit de sport pour privilégiés et devient accessible, la mise en place d’une opération dénommée « 5000 courts », lancée par Philippe Chatrier et la Fédération française de tennis, aura pour effet de déstabiliser économiquement les clubs existants en France en créant des micros-clubs composés d’un ou deux terrains sans réelle structure d’accueil ; l’effet de saupoudrage en terme d’adhérents se fera ressentir pendant des décennies et sera à l’origine de la crise du tennis français.[7]

Le tennis se démocratise et compte plus d’un million de licenciés en France depuis le début des années 1980.

L’exploit majeur du tennis masculin comme féminin demeure le Grand Chelem : gagner les quatre tournois majeurs la même année. Don Budge l’a réussi mais à une époque où tournois amateurs et professionnels étaient séparés ; l’Australien Rod Laver a réussi l’exploit de le réaliser à deux reprises : en 1962, mais aussi en 1969 sous l’ère « Open » alors que tous les joueurs étaient réunis sur un circuit mondial (l’ère Open démarre pour le tennis en 1968), ce qui constitue un authentique exploit. Les femmes sont plus nombreuses à l’avoir réalisé, avec notamment l’Australienne Margaret Smith Court en 1970, et l’Allemande Steffi Graf en 1988.

 

Origine historique des points

La comptabilité singulière du tennis est également tributaire du jeu de paume. Cette façon de compter, par multiple de quinze, nous vient de ce jeu, issu tout droit du Moyen Âge où le chiffre 60 était le symbole numérique le plus répandu. À l’époque, on comptait le temps (60 minutes) et l’argent (un denier d’or valait 15 sous) de cette façon. C’est pourquoi on ne sait plus très bien aujourd’hui si c’est en faisant référence aux chiffres de l’horloge ou bien à la monnaie que l’on y pariait goulûment (incidemment, on appelait les jeux de paume des tripots) que l’on commença à compter 15, 30, 45 et jeu. On ne sait pas trop pourquoi le 45 a fait place au 40 dans le pointage. Certains croient qu’il s’agit simplement de l’utilisation d’un diminutif qui, avec l’usage, est devenu la règle. L’humain étant paresseux de nature, il était plus court de prononcer 40. Hypothèse contestée qui demeure néanmoins la seule.

L’expression «deuce» serait un emprunt culturel au système comptable du jeu de paume. Rendu à égalité, l’arbitre déclarait «à deux», ce qui signifiait que les joueurs étaient à deux points (consécutifs) de gagner le jeu. Ce «à deux» répété par des bouches anglaises aux Français, prît la forme écorchée de «deuce». Cet usage est pratiqué dès le Moyen Âge en jeu de paume[8].

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer ce système, mais aucune n’a pu être validée. Chronologiquement, la première hypothèse avancée date de 1431. Le juriste flamand Jan Van den Berghe publie Le Jeu de paume moralisé. Pour expliquer la manière de compter, il énonce une explication pieuse : le joueur qui marque un point est assimilé à un juste et voit sa récompense multipliée par 15. Autre piste, les paris, qui étaient courants lors des rencontres de jeu de paume. Certains numismates font alors remarquer que la monnaie française comprenait depuis 1340 le double d’or qui valait 60 sous et le denier d’or qui valait 15 sous. Les joueurs auraient pris l’habitude de compter les points en valeur monétaire, c’est-à-dire en multiple de 15. Toutefois, l’étude des lettres de rémission montrent que les enjeux n’atteignaient pas souvent des sommes aussi importantes[8]. Au début du XVIe siècle, Érasme avoue dans ses Colloques, que la manière de compter les points au jeu de paume est un mystère, dont même les joueurs parisiens ont perdu le souvenir[9]. Malgré cet avis d’Érasme qui apparaît définitif, que reprennent les encyclopédistes du XVIIIe siècle [10], d’autres hypothèses, plus ou moins fantaisistes, sont énoncées depuis la fin du XVIe siècle. Selon le témoignage de Jean Goselin, libraire du roi de France en 1579, cette façon de compter se rapporterait à l’astronomie et au système sexagésimal utilisé pour les calculs d’angles. Chaque signe physique est divisé en 60 degrés, diviser un signe physique en quatre parts donne 15 degrés par part. Pour Charles Delahaye, joueur de paume au XIXe siècle, 15 représente une distance de 15 pieds. La ligne de service et le filet sont séparés de 60 pieds, soit quatre fois 15 pieds. Charles Delahaye dit avoir assisté à une partie où les points n’étaient pas comptés, mais que le vainqueur du point avançait à chaque fois de 15 pieds jusqu’à ce qu’il atteigne le filet et remporte alors le jeu.

 

Règles

 

Le comptage des points

Tableau de score

Tableau de score

Dans une rencontre de simple comme de double, chaque joueur sert à tour de rôle pendant la durée d’un jeu. Le joueur qui sert doit impérativement être placé derrière la ligne de fond de court au moment où il frappe son service. Le serveur possède en outre deux services : s’il manque le premier, souvent frappé avec un certain risque, il bénéficie d’une seconde balle de service, en général frappée avec davantage de précaution. Le receveur, en revanche peut se placer où il le souhaite sur le court pour retourner le service. Il lui est néanmoins interdit d’intercepter à la volée (c’est-à-dire sans laisser de rebond) le service de celui qui sert.

La plupart du temps, il est nécessaire de remporter deux sets afin de gagner la partie. La seule exception est celle des matches du tableau masculin lors de rencontres dans des tournois du Grand Chelem, ou en Coupe Davis. Pour gagner une manche, il faut être le premier à marquer six jeux avec au moins deux jeux d’écart, dans le cas contraire la manche se poursuit. Les scores possibles pour remporter un set sont ainsi : 6/0, 6/1, 6/2, 6/3, 6/4 et 7/5 (si les deux joueurs n’ont pu se départager au bout de dix jeux). Si les deux joueurs n’ont pas été en mesure de se départager au cours des douze premiers jeux (donc à égalité à 6/6), ils disputent un jeu décisif (tie-break en anglais), qui vaut un jeu, et permet donc de remporter la manche 7/6. En revanche, dans les tournois du grand chelem, exception faite de l’US Open, chez les hommes comme chez les femmes, il n’y a pas de jeu décisif dans la manche décisive (la cinquième chez les hommes, la troisième chez les femmes), et le match n’est remporté que lorsque l’on parvient à avoir deux jeux d’avance sur l’adversaire; par exemple 8/6, 9/7, 10/8, etc.

L’invention du jeu décisif date de 1970, soit deux ans après le début de l’ère open. La finalité de ce jeu était d’empêcher des matches interminables, car il arrivait à l’époque que des sets soient gagnés sur le score de 29/27 par exemple. Le principe du jeu décisif est assez simple. Les joueurs servent à tour de rôle. Celui qui débute ne sert qu’une fois de droite à gauche, puis son adversaire sert deux fois de suite, de gauche à droite, puis de droite à gauche, et ainsi de suite. Le gagnant de la manche est le premier joueur à atteindre sept points avec au moins deux points d’écart (Ex: 7/2, 7/5, 9/7…) La manche est alors gagnée sur le score de 7-6.

Chez les joueurs les plus jeunes, les règles de jeu sont assouplies. En effet, jusqu’à l’âge de onze ans, en France, une manche est gagnée lorsqu’un joueur atteint 5 jeux avec deux jeux d’avance sur son adversaire. En cas d’égalité à 4 jeux partout, les joueurs se départagent également avec un jeu décisif.

Dans le jeu en double, le match se déroule au meilleur des 2 sets, il faut donc remporter les 2 sets pour remporter le match. Si les deux équipes remportent chacun un set, par exemple : 6-3 3-6 ; on procède à un « super tie break » de dix points pour départager les deux équipes opposées : il est considéré comme set décisif. Le « super tie break » se déroule de la même façon que le « jeu décisif », il faut donc remporter dix points avec au moins deux points d’écart (Ex : 10/5, 10/7, 11/9…).

Une manche se remporte donc en marquant un certain nombre de jeux. Comme mentionné ci-dessus, chaque joueur sert à tour de rôle, pendant la durée d’un jeu. Afin de remporter un jeu, il est nécessaire de marquer au moins quatre points, soit sur son service lorsque l’on sert, soit sur le service adverse lorsque l’on reçoit. Il est donc possible, soit pour le serveur, soit pour le receveur de remporter un jeu, même si théoriquement, le serveur est avantagé par rapport au receveur. Si les deux adversaires marquent trois points, on a une situation d’égalité, expliquée ci-après. Lors d’un jeu, voici la manière dont les points sont décomptés :

  • zéro (love en anglais) pour aucun point marqué dans le jeu, « love » viendrait du français « l’œuf » qui de part sa forme signifiait zéro point.
  • quinze (fifteen en anglais) pour un point marqué,
  • trente (thirty en anglais) pour deux points marqués,
  • quarante (forty en anglais) pour trois points marqués.

Lorsque les deux joueurs ont marqué trois points, (donc à 40/40), il y a égalité. Celui qui marque le point suivant obtient un avantage. Pour marquer le jeu, un joueur qui a l’avantage doit marquer un autre point. Si c’est le joueur qui n’a pas l’avantage qui marque le point suivant, on revient à égalité, et ainsi de suite jusqu’à ce que l’un des deux joueurs remporte le jeu. Il est à noter que chez les jeunes enfants âgés au plus de 11 ans, la règle de l’avantage n’existe pas. C’est la règle du « No-ad » (No Advantage) qui s’exerce. Le joueur qui reçoit choisit sa zone de retour de service pour le point décisif (toujours à 40-40).

Au niveau de l’arbitrage, on donne toujours le score du serveur en premier. Par exemple, si le serveur marque trois points contre deux à son adversaire, le score est 40/30. Dans le cas contraire, le score est 30/40. Il en est de même au niveau des avantages, lorsqu’il y a égalité dans un jeu. Lorsque c’est le serveur qui a l’avantage, l’arbitre annoncera avantage puis le nom du joueur ou de la joueuse. En double, l’arbitre annoncera le nom du serveur ou de relanceur. Toutefois, en cas de Championnat par équipe ou d’équipes nationales (Coupe Davis ou Fed Cup, par exemple), le nom du club ou du pays est alors donné.

 

Balles de jeu, de break, de set et de match

Comme mentionné ci-dessus, les joueurs servent à tour de rôle, et le serveur change à la fin de chaque jeu. Il est donc possible que le jeu soit remporté, soit par le serveur, soit par le receveur. Prenons le cas où le serveur mène 40/15. Il ne lui reste alors qu’un point à inscrire avant de remporter le jeu. Il aura donc deux occasions de servir pour remporter le jeu. Même si le point suivant est perdu, le serveur mènera toujours 40/30, et sera à un point du jeu. On parle alors de balle de jeu, et dans le cas présent, à 40/15, le serveur a deux balles de jeu. Dans le cas contraire, c’est-à-dire si c’est le receveur qui mène ; par exemple à 15/40, on dira que le receveur possède deux balles de break. Si le jeu est converti par le receveur, on parlera alors de break. Lors du jeu suivant, le receveur passe au rôle de serveur. S’il remporte sa mise en jeu, le break est confirmé. Ainsi, si deux joueurs qui s’affrontent ne parviennent pas à se détacher l’un de l’autre (pas de breaks, ou un même nombre de break chez les deux joueurs), ils arrivent à 6/6, et disputent un tie-break.

Le principe est le même avec les balles de set, et les balles de match, lorsque l’un ou l’autre des joueurs est à un point de remporter la manche ou la rencontre. Par exemple, si un joueur (qui sert) mène 5/4 40/15, il possède deux balles de set. Autre exemple, un joueur qui mène 3/6 7/5 5/1 40/30 s’offre une balle de match…

 

Les fautes

On distingue plusieurs types de fautes au tennis. Une balle sera par exemple annoncée faute (ou out en anglais) lorsqu’elle ne retombe pas dans les limites du terrain. Le point est alors accordé à l’adversaire. Lorsque la balle tombe dans le filet, du côté du joueur qui a frappé la balle, le point est également accordé à l’adversaire, mais il n’est pas nécessaire d’annoncer faute. L’arbitre ne doit d’ailleurs pas signaler une balle qui tombe dans le filet comme faute. Bien entendu, ces fautes sont très fréquentes lors de tous les matches, car il est impossible de ne commettre aucune erreur au cours d’un match.

Le service doit être frappé en diagonale de telle sorte que la balle tombe dans le carré de service. Si la balle ne tombe pas dans le carré de service lors de la mise en jeu, l’arbitre annonce faute, et le serveur doit, soit servir une seconde balle si la faute survient sur le premier service, soit accorder le point à l’adversaire si la faute survient sur la seconde balle de service. Lorsque les deux services sont fautes (ils ne tombent pas dans les carrés de service, ou tombent dans le filet), on parle de double faute. Le point est alors accordé au receveur. Lorsqu’au service, la balle touche la bande du filet et retombe dans le carré de service où le joueur était censé servir, l’arbitre annonce let, la balle n’est pas faute, et le joueur peut rejouer le service. En revanche, si la balle du serveur touche la bande du filet et tombe en dehors du carré de service, la balle est annoncée faute, et le joueur doit soit passer à sa seconde balle, soit accorder le point à l’adversaire selon qu’il a frappé une première ou une seconde balle.

Une faute plus complexe concerne le serveur. En effet, pour effectuer un service valable, il est nécessaire que la balle soit frappée avant que le joueur ne franchisse la ligne de fond de court. Ainsi, lorsque le joueur frappe son service, et a déjà une partie de son corps qui touche le sol, le service est refusé. Le joueur peut alors soit frapper une seconde balle de service (si sa faute a été commise sur la première balle), soit accorder le point à l’adversaire si cette faute survient sur la deuxième balle. Cette faute, assez rarement signalée car difficile à juger, est nommée faute de pied. La faute de pied est également valable sur un plan latéral : le serveur doit se trouver du bon côté du terrain de telle sorte à servir dans une diagonale. Si le serveur sert à droite, il doit se tenir dans la partie droite du terrain, sans être dans le prolongement du couloir. En double, le serveur est autorisé à servir dans le prolongement du couloir.

 

Le court, et l’équipement

 

Le court

Dimensions du court

Dimensions du court

Le court de tennis correspond à l’aire de jeu. Ses dimensions sont très précises. Il doit obligatoirement posséder des lignes peintes avec une peinture blanche, afin de faciliter leur lisibilité. Les courts de tennis se déclinent en plusieurs surfaces, qui sont abordées dans la suite de l’article. Chaque surface possède ses caractéristiques propres (rapidité, rebond) ce qui contribue à la diversité des jeux possibles.

Comme présenté sur l’image ci-jointe, le court de tennis doit être de 23,77 mètres (soit 26 yards) de long pour 8,23 mètres (9 yards) de large. Cela représente donc 11,89 mètres (13 yards) de longueur de chaque côté du filet, et 8,23 mètres de largeur pour une rencontre de simple, ou les couloirs latéraux ne sont pas comptabilisés. Pour le jeu en double, deux couloirs de 1,37 mètre sont ajoutés. La largeur du court de double est donc de 10,97 mètres (12 yards) Sur le terrain on retrouve cinq sortes de lignes différentes :

  • Les lignes de fond à chaque extrémité; une marque indique le milieu de cette ligne;
  • Les lignes de service parallèles au filet qui délimitent le carré de service placées à 6,40 mètres (7 yards) du filet;
  • La médiatrice au filet qui divise en deux le carré de service ;
  • Les lignes de côté en simple qui délimitent la zone de jeu pour une partie en simple ;
  • Les lignes de côté en double qui délimitent la zone de jeu pour une partie en double.
 

Il existe aussi des dimensions concernant la distance au fond du court et sur les côtés : des espaces de 5,50 mètres au fond et de 3,05 mètres sur les côtés (il s’agit des distances minimales imposées par la Fédération française de tennis dans les clubs).

 

Le filet

Sa hauteur est fixée aux extrémités à 1,07 m, sa hauteur à son centre 0,914 m maintenue à l’aide d’un régulateur. Le régulateur est constitué d’une sangle blanche d’une largeur de 5 cm au maximum. Le système de fermeture du régulateur doit garantir le maintien de cette hauteur constante pendant une durée de quatre heures. Le filet doit être de couleur sombre et la bande de filet de couleur blanche avec une dimension de 10 à 13 cm, rabattue de chaque côté du filet.

Le filet est soutenu par deux poteaux ayant une section carrée ou ronde d’une largeur maximum de 10 cm. L’axe de ces poteaux est placé à 0,914 m à l’extérieur des lignes latérales du court. Lorsqu’une partie de simple est jouée sur un court équipé d’un filet de double, 2 piquets hauts de 1,07 m sont placés dans les couloirs à 0,914 m à l’extérieur des lignes de simple (soit aux 2/3 du couloir).

 

La raquette

Une raquette de tennis moderne

Une raquette de tennis moderne

La raquette fut inventée au début du XVIe siècle pour pratiquer le jeu de paume. Elle se décline désormais en dizaines de modèles, destinés à tous les types de joueurs, et aux compositions parfois radicalement différentes. L’innovation principale de ces dernières années réside dans les matériaux qui sont utilisés dans la conception du cadre (partie rigide de la raquette.), et qui ont permis de gagner à la fois en puissance, et en légèreté, rendant le jeu de plus en plus confortable. Parmi les matériaux utilisés, on retrouve ainsi le graphite, le titane, l’acier, etc. Les différents équipementiers proposent également de nombreux concepts visant à faciliter le jeu (réduction des vibrations, puissance et contrôle optimisés…).

Il faut savoir que si les gammes et les technologies évoluent régulièrement, la plupart des joueurs de très haut niveau conservent leur ancien modèle de nombreuses années, maquillé à l’occasion par leurs sponsors pour ressembler aux derniers modèles disponibles. De plus, leurs raquettes sont spécialement adaptées à leur demande (poids, rigidité, longueur) et n’ont donc peu de chose à voir avec celles disponibles dans le commerce.

 

Le cordage

Une raquette n’est en outre pas constituée que du cadre. Le choix du cordage est également très important pour le joueur. « Le cordage, c’est pas l’âme de la raquette » disait Arthur Ashe. Il existe plus de très nombreux modèles de cordages, fabriqués dans des matériaux différents (boyau de bœuf, matières synthétiques), disponibles dans plusieurs jauges et aux caractéristiques propres (puissance, confort, contrôle, stabilité de la tension…).

 

Les balles

Balles de tennis

Balles de tennis

Les balles sont des sphères en caoutchouc, remplies d’air. Elles sont recouvertes de feutre, et doivent impérativement être jaunes ou blanches dans les compétitions officielles. Leur composition peut varier en fonction du type de joueur qui va les utiliser (joueur loisir, régulier ou intensif, adulte ou jeune). La différence se fera surtout au niveau de la longévité. Les balles de compétition sont en effet le plus souvent à pression, avec une qualité de rebond et de jeu optimale, mais une durée de vie assez limitée (de l’ordre de deux ou trois matches chez des joueurs de compétition).

La balle de tennis doit avoir un diamètre compris entre 6,350 et 6,668 cm, et sa masse doit varier entre 56,7 et 58,5 grammes. Lâchée de 254 cm de hauteur et tombant sur une base en béton, la balle doit rebondir entre 134,62 et 147,32 cm.[13]

À l’origine, les balles étaient blanches, mais le jaune s’est imposé afin d’offrir plus de visibilité aux téléspectateurs. Les balles blanches sont cependant toujours autorisées.

 

L’habillement

Au début du siècle, le tennis évolue plus vite que la mode vestimentaire. Ainsi, les joueurs viennent jouer avec leurs cravates, leurs bustiers ou encore leurs flanelles. Puis, peu à peu, des robes apparaissent et les joueuses rivalisent de standing en s’affichant avec des vêtements de plus en plus élégants. La française Suzanne Lenglen libère alors le corps sportif de la femme, en devenant une icône de mode, la “divine”. [14]

Les vêtements n’ont cessé d’évoluer depuis le début des années 1980, devenant de plus en plus légers et confortables; shorts et chemises chez les hommes, qui succèdent aux polos inspirés par René Lacoste, robes chez les femmes, qui portent progressivement des shorts et des débardeurs. L’arrivée de tissus nouveaux, tels que le polyester à la fin des années 1990 permet de gérer au mieux la transpiration, rendant les vêtements plus confortables encore. Les tenues les plus fréquentes actuellement sont T-shirt et short chez les hommes, débardeur et short chez les dames, cependant, le débardeur masculin et la robe restent appréciés par certains joueurs.

Devant l’arrivée de grands équipementiers dans le tennis, des règles ont été mises en place concernant la taille des logos autorisés sur les shorts, polos, jupes, robes…

 

Les surfaces de jeu

Court en gazon à Wimbledon

Court en gazon à Wimbledon

Article détaillé : Surfaces de jeu au tennis.

Un match de tennis se joue sur un court, dont le revêtement peut varier. En effet, il existe différentes surfaces de jeu, dont les caractéristiques sont très variables, d’une part en ce qui concerne la vitesse de la balle (certaines surfaces sont lentes, d’autres très rapides), d’autre part la “qualité” du rebond (rebond bas, ou rebond haut).

On distingue ainsi quatre types de surfaces principaux:

  • Les surfaces dures: Rebound Ace, Decoturf, ciment ou quick. Les surfaces dures, que l’on retrouve dans la plupart des clubs, sont en principe des surfaces rapides. En revanche, la qualité du rebond est variable. Le principal avantage des surfaces rapides résulte du peu d’entretien qu’elles nécessitent, mais en contrepartie, les surfaces dures sont exigeantes physiquement, et demandent de bons appuis.
  • La terre battue, surface du tournoi de Roland-Garros. La terre battue est une surface lente, composée d’une chape de calcaire recouverte de brique pilée ou de pierre. La lenteur de cette surface a tendance à favoriser les longs échanges ce qui explique que les matches sur terre battue soient en principe assez longs.
  • Le gazon, qui est une surface rare, demandant un entretien très important. Le gazon est une surface ultra-rapide (même si la vitesse a été réduite au cours de ces dernières années) avec un rebond très bas. Le gazon est ainsi une surface qui favorise le tennis d’attaque (service, volée), permettant de conclure l’échange relativement rapidement.
  • Les surfaces synthétiques, surtout utilisées en salle (indoor) : Gerflor, Taraflex, Greenset, Moquette, quelquefois parquet. Ces surfaces sont très rapides, et leurs caractéristiques sont proches de celles des surfaces dures. Elles ne se rencontrent que rarement dans les clubs, car elles nécessitent un entretien important.

 

Les principaux effets du tennis

Le tennis est une discipline dont les coups de base: le coup droit, le revers et le service peuvent être appuyés par des effets imprimés à la balle, et qui font évoluer le comportement de celle-ci. Voici les principaux effets du tennis moderne.

 

Le jeu à plat

Le jeu à plat ne correspond pas à un effet à proprement parler, mais il demeure très utilisé sur toutes les surfaces. Une balle frappée à plat va passer assez près du filet. C’est l’effet qui offre le plus de puissance, car la trajectoire de la balle est assez rectiligne. Les frappes à plat sont neutres au niveau de la vitesse après le rebond, celle-ci diminuant en moyenne de 50%, contre 25% pour le lift et 75% pour une balle coupée. Les frappes à plat sont utilisées en attaque comme en défense, et permettent la plupart du temps à un joueur en position d’attaque de terminer le point. Les balles à plat sont celles que l’on retrouve le plus sur les surfaces rapides qui favorisent un tennis d’attaque, où la puissance des joueurs peut s’exprimer le mieux.

 

Le lift

Une balle liftée

Une balle liftée

Le lift est un effet très utilisé chez les joueurs de tous niveaux, car il est relativement simple à exécuter et procure plusieurs avantages. Son principal attrait tient à la sécurité qu’il procure par rapport au filet, car une balle liftée et tournoyante suivra une trajectoire bombée par rapport à une balle à plat. En outre, cette même rotation imprimée à la balle lui permet de retomber plus rapidement qu’une balle frappée avec un autre effet, et de s’accélérer après le rebond. Une autre application efficace du lift est le lob (balle de défense qui vise à passer l’adversaire au filet) car un lob lifté va s’élever très rapidement, et retomber assez vite dans le court. Bien exécuté, il permet donc de passer un joueur au filet.

Le lift est un effet utilisé en attaque comme en défense. Sur une balle courte, il permet d’accélérer avec une marge de sécurité importante, mais peut aussi permettre de changer de rythme. Chez les joueurs professionnels, le lift est utilisé quasiment en permanence, même si cela ne semble pas perceptible: les balles totalement à plat ne sont en effet utilisées que pour terminer le point. En outre, certaines surfaces prennent mieux le lift que d’autres; la terre battue permet par exemple aux grands lifteurs de prendre l’avantage dans de longs échanges, alors que sur gazon, où le rebond est beaucoup plus bas, le lift est moins employé, ou en tout cas moins efficace.

 

Coups coupés et effet rétro

Une balle coupée

Une balle coupée

Une balle coupée est une balle qui va être frappée, avec un mouvement de rotation de l’avant vers l’arrière. Une balle coupée aura ainsi tendance à être ralentie avant et après le rebond (où la vitesse de la balle diminue de 75%), et à s’écraser (rebond le plus haut dans des conditions similaires), en passant en outre assez près du filet. Un coup coupé confère cependant une certaine sécurité, car la balle est bien contrôlée. Le coup le plus facile à couper reste le revers, car le mouvement de raquette du haut vers le bas se fait de façon assez naturelle de ce côté. Utilisé le plus souvent en défense, le coup coupé permet de se sortir de situations difficiles, ou de casser le rythme après un échange dominé par le lift ou les coups à plat. Il est également possible de couper en coup droit, surtout en bout de course, mais le coup droit coupé reste souvent un coup défensif (ou une amortie), alors qu’en revers, il peut être utilisé pour monter au filet, ou réaliser un passing shot.

L’effet rétro est une variante très marquée du coup coupé, où le joueur va vraiment venir frotter la balle de l’avant vers l’arrière. Ce coup est souvent utilisé sur des balles amorties, particulièrement sur terre battue, afin de gêner l’adversaire dans sa course. Certains joueurs sont même capables de mettre un effet rétro qui fait revenir la balle dans leur propre camp après être tombée dans celui de l’adversaire.

 

Les effets au service

 

Le slice

Le terme de slice est appliqué la plupart du temps au service. Un service slicé est, fondamentalement un service coupé, même si les caractéristiques de ces deux types d’effets ne sont pas totalement identiques. Une balle slicée (« tranchée » en français) est frappée sur le coté, de telle sorte qu’un mouvement de rotation diagonal lui est imprimé. La trajectoire d’un service slicé ne sera pas rectiligne, contrairement à celle d’un service à plat, et la balle en vol aura tendance à se diriger suivre une trajectoire courbée. En outre, après le rebond, une balle slicée aura tendance à s’écraser avec rebond assez bas, et à partir sur le côté.

Le slice est un effet très utilisé sur toutes les surfaces. Il s’agit d’un effet relativement simple à donner au service en comparaison de l’effet lifté. C’est pour cette raison que de nombreux joueurs l’utilisent sur leur seconde balle de service, afin de mieux assurer cette dernière. En effet, l’effet slicé permet de donner à la balle une trajectoire curviligne, tout en permettant une marge de sécurité importante. Un service slicé est en outre généralement moins puissant qu’un service à plat. Il s’agit d’une arme particulièrement efficace sur le gazon où le rebond est déjà plus bas que sur d’autres surfaces, car il permet de faire sortir l’adversaire du terrain, et donc de s’ouvrir le court. Si l’adversaire n’utilise pas la même main que le serveur, le slice est souvent joué sur son revers, coup qui est souvent le point faible des joueurs. Le service slicé est de plus une arme très utilisée par les gauchers, étant donné qu’il est joué sur le coté « avantage », donc sur un point déterminant.

 

Le service lifté et kické

Le service lifté est sans doute celui qui requiert le plus de pratique et de technique. En effet, le lift est un effet qui nécessite de mettre la balle en rotation d’arrière en avant, ce qui est difficile à réaliser lorsqu’il s’agit de la frapper à l’arrêt et au dessus de la tête. Mais en compensation de ces difficultés techniques, le service lifté, et sa variante kickée sont extrêmement efficace, surtout en seconde balle. En effet, la rotation imprimée à la balle lui permet de plonger beaucoup plus vite une fois le filet franchi, ce qui permet de donner beaucoup de vitesse à la balle. Un service lifté réussi aura ainsi tendance à passer haut au dessus du filet avant de plonger, puis de rebondir très haut du fait de l’effet de la balle. La variante kickée du service lifté consiste à donner un effet lifté et légèrement latéral à la balle, de telle sorte que celle-ci s’élève et se décale sur le côté après le rebond. La grande majorité des joueurs de haut niveau utilisent le service lifté sur leur seconde balle, car la marge de sécurité avec le filet est importante, et un service lifté, une fois maîtrisé, se contrôle très facilement. En première balle, un service très lifté peut déstabiliser un adversaire en le contraignant à frapper la balle en hauteur.

 

Le système de classement

 

Le système de classement en France

Le classement est attribué par la fédération à l’issue de chaque saison. On le calcule à partir du bilan de chaque joueur, en accord avec les matches qu’il a joué. Ainsi, un joueur classé à un échelon donné (N) obtiendra un certain nombre de points selon qu’il battra un joueur classé à l’échelon N+2 (150 points), N+1 (100 points), N (50 points), N-1 (30 points), etc. Ainsi, conformément à un barème pré établi, un joueur peut passer du classement N au classement N+1, N+2, etc. s’il possède le nombre de points nécessaires, mais aussi être relégué au classement inférieur s’il n’obtient pas les points nécessaires à son maintien à un classement donné. Il faut aussi retenir que pendant la saison, il y a des classements intermédiaires. Cela vous donne votre classement d’avance avant la fin de la saison.

Classement adverse par rapport à soi Nombre de points gagnés
2 échelon ou plus au-dessus 150
1 échelon au-dessus 100
Échelon égal 50
1 échelon en-dessous 30
2 échelons en-dessous 20
3 échelons en-dessous 15
4 échelons ou plus en-dessous 0

Concernant la montée à l’échelon supérieur, il faut non seulement le nombre de points nécessaires à l’accession au niveau supérieur, mais aussi le nombre de points nécessaires au maintien à ce classement. Par exemple, un joueur classé 30/2 (voir explications sur chaque classement par la suite) et désirant monter au niveau 30/1 doit dans un premier temps obtenir les points nécessaires à la montée (en l’occurrence 450.) Pour être harmonisé ensuite à ce classement, son bilan de victoires est recalculé, en consid&eacute